Togo: La Banque mondiale adopte une nouvelle stratégie intérimaire pour soutenir les efforts du pays en matière de réduction de la pauvreté

WASHINGTON, 26 janvier 2012 – Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a adopté ce jour une deuxième Note de Stratégie Intérimaire (NSI-2) pour le Togo. La nouvelle stratégie définit le cadre d’intervention de la Banque au Togo pendant la période de 2012 à 2013. Toutes les actions proposées dans le cadre de la nouvelle stratégie visent à renforcer et accroître les opérations en cours. La NSI-2 est articulée autour trois principaux piliers.

Premier pilier— Renforcer la relance économique et promouvoir le développement durable. Ce pilier a pour objectif principal d’accompagner le gouvernement togolais dans la mise en œuvre de sa vision de transformer le Togo en un pôle commercial, financier et de services, et de son engagement à s’attaquer aux contraintes structurelles qui limitent son potentiel de croissance et de compétitivité. En ce sens, la Banque continuera de fournir un appui visant à renforcer et accélérer le processus de relance économique et de promotion du développement durable. Les opérations spécifiques dans ce cadre sont destinées à (i) améliorer le climat des investissements, (ii) accroître la productivité et la production agricoles, et (iii) améliorer l’accès aux infrastructures de qualité et productives. Elles comportent des projets en cours tels que : le Projet d’Appui au Développement du Secteur Privé ; le Projet de Revitalisation du Secteur Privé ; le Projet Secteur Financier et Gouvernance ; le Projet d’Appui au Secteur Agricole ; le Projet de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest ; le Projet d’Urgence de Réhabilitation des Infrastructures et des Services Electriques ; et le Projet de Facilitation du Commerce et des Transports le long du Corridor Abidjan-Lagos. De nouvelles opérations proposées dans le cadre de ce pilier incluent un programme régional pour les infrastructures de communication en Afrique de l’Ouest et un second financement additionnel pour le Projet d’Urgence pour la Réhabilitation des Infrastructures et Services Electriques.

Deuxième pilier— Améliorer la gouvernance économique et renforcer la capacité de l’État. Dans le cadre de ce pilier, la Banque va poursuivre ses efforts pour soutenir les reformes entreprises par le gouvernement visant à améliorer la gouvernance, la transparence et l’efficacité dans la gestion des finances publiques. La Banque apportera également son appui dans le cadre des réformes structurelles visant le renforcement des secteurs clés de l’économie nationale, tels que les phosphates, le coton et l’énergie. Les principaux résultats attendus incluent le renforcement des capacités des structures de l’État, et de la gestion des principales entreprises publiques et des banques, une gestion financière publique améliorée et transparente, un système de passation des marchés amélioré, et des contrôles budgétaires externes. A cet effet, la Banque continuera de fournir des appuis budgétaires, en plus des opérations existantes (telles que les projets agriculture, secteur financier et gouvernance, etc.), pour aider à améliorer les secteurs coton et phosphates. Les opérations d’appui budgétaire permettront également de renforcer la réforme des politiques visant à améliorer le système de gestion des finances publiques et à l’aligner sur les nouvelles réglementations de la Commission de l’UEMOA. Troisièmement, elles contribueront à la mise en œuvre effective du Code des marchés publics, afin d’améliorer la transparence et l’efficience du système en accord avec les directives de l’UEMOA et les bonnes pratiques internationales.

Troisième pilier— Lutte contre la pauvreté et prise en charge des besoins sociaux urgents. La Banque mondiale va soutenir les efforts du gouvernement en vue de la réduction de la pauvreté, à travers : (i) l’amélioration de l’accès des communautés aux services sociaux de base et aux services de développement local ; (ii) l’amélioration de la qualité et de l’accès à l’éducation de base et des services de santé ; (iii) la protection sociale et l’inclusion ; et (iv) la gestion de l’environnement et les catastrophes naturelles. Les opérations spécifiques incluent des projets actuellement en cours, notamment : le Projet de Développement Communautaire, pour lequel une deuxième phase est en cours d’élaboration pour poursuivre les actions déjà initiées, focaliser sur l’emploi des jeunes et initier un programme pilote de transferts d’argent visant à accroître la résilience des plus pauvres ; le Projet de Revitalisation du Secteur Privé qui a été restructuré pour piloter des programmes visant l’emploi des jeunes et qui pourraient être renforcés à l’avenir ; le Projet Education et Renforcement Institutionnel ; le Projet d’Urgence de Réhabilitation des Infrastructures et des Services Electriques qui va étendre ses activités de drainage ; et le Projet de Gestion Intégrée des Terres et des Catastrophes. Pour la santé, une étude sur le secteur fournira au gouvernement des informations adéquates pour un meilleur ciblage de ses investissements dans le secteur de la santé et contribuera à identifier des investissements supplémentaires des bailleurs.

La deuxième Note de Stratégie Intérimaire (NSI-2) est en ligne avec la Stratégie de la Banque mondiale pour l’Afrique, et est cadre parfaitement avec les principaux de la stratégie de réduction de la pauvreté du gouvernement. Elle a été élaborée sur la base des leçons tirées de la mise en œuvre de son prédécesseur (NSI-1). Elle a été guidée par (i) le principe de sélectivité, avec un accent sur les résultats, et (ii) par les résultats d’une enquête auprès des clients et des diverses consultations menées en 2011 et qui ont mis en évidence les domaines prioritaires pour l’appui de la Banque au Togo.

Monsieur Madani M. Tall, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Togo, indique les domaines de concentration de la nouvelle stratégie :

« Les projets d’investissement ont une place importante, tout comme les opérations d’appui budgétaire qui seront fortement ancrées dans des efforts plus élargis à la communauté internationale. Nous allons donc renforcer nos partenariats avec d’autres bailleurs, afin de mieux soutenir les principaux secteurs de développement du pays ».

Monsieur Tall reste persuadé que la NSI-2 permettra d’atteindre des résultats satisfaisants comme ce fut le cas avec la NSI-1.

WorldBank.org

Share
This entry was posted in French, Togo News and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply