La Banque mondiale marque d’un signal fort son réengagement avec le Niger

Mme Ezekwesili (à g.) en compagnie de l’une des bénéficiaires du programme “cash transfer”.

NIAMEY, le 10 février 2012—A peine sorti d’une crise politique interne, le Niger est confronté aux incertitudes liées à la dette dans la zone euro, alors même que les effets du conflit qui a fait rage dans la Libye voisine continuent de se faire ressentir. C’est donc pour garantir le soutien de son institution que la Vice présidente de la Banque mondiale pour l’Afrique, Mme Obiageli Ezekwesili, s’est rendue à Niamey en novembre dernier.

 

Cette visite a été l’occasion pour Mme Ezekwesili de tenir une série de rencontres avec les autorités politiques au plus haut niveau en présence du Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Niger, Mr Ousmane Diagana, du Représentant résidant, Mr Nestor Coffi, du staff du bureau de la Banque à Niamey, animé des conférences, organisations des réunions sectorielles techniques et effectué une visite de terrain dans la région de Tillabéri.

Dès son arrivée à Niamey, Mme Mme Obiageli Ezekwesili a eu une séance de travail autour d’un dîner avec le ministre d’Etat, ministre du Plan et de l’Aménagement du Territoire et Développement Communautaire, Mr Amadou Boubacar Cissé.

La séance de travail s’est poursuivie le lendemain vendredi au cabinet du ministre d’Etat. Aussitôt après l’entretien, la Vice présidente et le ministre d’Etat en compagnie de leurs collaborateurs respectifs se sont transportés au cabinet du Premier ministre pour une audience avec S.E.M. Brigi Rafini en présence des ministres techniques. Elle a ensuite eu un déjeuner de travail avec les partenaires au développement, avant d’animer une conférence publique en milieu d’après midi à la Faculté des Lettres et Sciences humaines (FLSH) de l’université Abdou Moumouni sur le thème «Genre et Développement ».

Après la conférence, Mme Obiageli Ezekwesili et sa délégation se sont rendus à l’Assemblée nationale pour s’entretenir avec son Président, S.E.M Hama Amadou, en présence du bureau de la commission Développement Economique et le Réseau des parlementaires sur la Banque mondiale.

La journée du samedi a débuté par la visite de terrain, qui a conduit Mme Mme Obiageli Ezekwesili et le ministre d’Etat, M. Cissé, en compagnie de leurs collaborateurs dans la région de Tillabéri, où ils ont été accueillis à Sansané Haussa, par les autorités locales.

Cette sortie a permis à la Vice présidente de la Banque mondiale pour la région Afrique d’apprécier l’impact d’un certain nombre de programmes en cours dans la région avec le soutien financier de son institution.

C’est ainsi qu’elle a pu constater l’état de mise en œuvre du programme « Cash transfert » dans la commune de Sansané Haussa où elle a communié avec une population très enthousiaste et reconnaissante pour le soutien dont elle bénéficie à travers ledit programme. Il faut souligner que cette localité constitue un des centres pilotes des filets sociaux, qui est une nouvelle initiative de lutte contre la pauvreté conduite dans le pays avec le soutien de la Banque mondiale. Mme Obiageli Ezekwesili, qui a tenu à mesurer les efforts menés localement pour vaincre le phénomène de la pauvreté, a visité sur place quelques réalisations féminines.

Le bain de chaleur humaine s’est poursuivi sur le site de construction du barrage hydroélectrique de Kandadji où la délégation de la Vice présidente de la Banque mondiale et du ministre d’Etat ont reçu les explications du Haut commissaire de la vallée du Niger, M. Almoustapha Garba, sur l’état d’avancement des travaux de l’ouvrage et son importance pour le développement socioéconomique et l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire par le Niger.

La délégation a fait un détour dans le village riverain de Sanguila où elle a reçu un accueil chaleureux de la part des braves paysans dont les rangs ont été grossis par les habitants d’autres villages alentours. Mme Obiageli Ezekwesili leur a demandé de s’approprier les investissements du programme Kandadji qui constituent un outil important de lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté. Elle a rassuré les populations du soutien de la Banque mondiale pour atteindre ces objectifs.

Après cette étape, la délégation a mis le cap sur Niamey où dans l’après midi, la Vice présidente a été reçue en audience par le président de la République, S.E.M Issoufou Mahamadou. Après l’audience, elle a conjointement animée une conférence de presse avec le ministre d’Etat, Cissé Amadou Boubacar, au Palais des congrès à Niamey, pour tirer le bilan de sa visite et présenter l’état de la coopération entre la Banque mondiale et le Niger.

On retient que la visite de travail a été très fructueuse, car elle a permis à Mme Obiageli Ezekwesili d’échanger avec les plus hautes autorités sur les axes prioritaires en matière d’investissements et de palper du doigt la lutte qui est menée par les populations locales pour combattre la pauvreté. Outre les officiels, les acteurs associatifs du pays ont également pu exposer leurs préoccupations.

A l’issue des différentes rencontres/séances de travail qui ont marqué la visite de Mme Obiageli Ezekwesili, les centres d’intérêts sur lesquels les échanges ont porté sont le développement du secteur rural pour permettre au pays de sortir des cycles de crises alimentaires et vaincre la pauvreté, la diversification des sources de croissance économique, la consolidation des acquis démocratique, à travers la promotion de la bonne gouvernance, mais surtout l’investissement dans le capital humain.

Concernant ce dernier point, la Vice présidente de la Banque mondiale a mis un accent particulier sur la nécessité de promouvoir une participation accrue des femmes aux efforts de croissance économique. C’est pourquoi elle a beaucoup insisté sur l’éducation et la santé qui doivent être garantie aux femmes, mais aussi l’accès des femmes aux activités génératrices de revenus.

En clair, elle a exhorté les autorités et les populations à lutter, chacun dans sa sphère de compétence, pour mettre fin à la forte marginalisation et aux injustices multiformes dont sont victimes les femmes qui représentent plus de 50% de la population nigérienne. La maîtrise de la démographie, qui constitue un défi majeur pour le Niger, a également été une préoccupation sur laquelle la Vice présidente de la Banque mondiale a attiré l’attention des Nigériens.

WorldBank.org

Share
This entry was posted in French, Niger News and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply