Togo/santé : le ver de guinée éradiqué

Le ministre togolais de la santé Charles Kondi AGBA a, au cours d’une conférence de presse tenue le 23 février dernier à Lomé, annoncé au peuple togolais la certification de l’éradication du ver de guinée dans le pays.

Dans les années 1990, la maladie était endémique dans 17 pays d’Afrique subsaharienne.

En 1991 plus précisément, 5118 cas avaient été rapportés par une enquête nationale.

De 1993 à 1995, le nombre de cas annuels de ver de guinée est passé de 10 394 à 2 073.

Après une période de stagnation de 1996 à 2002, le nombre de cas a connu une réduction progressive pour atteindre la valeur minimale de 29 cas en 2006, date d’arrêt de la transmission autochtone.

En effet, depuis 2007 année au cours de laquelle le Togo a notifié 2 cas importés du Ghana, plus aucun cas autochtone de ver de guinée n’a été notifié.

« Le ver de guinée est éradiqué au Togo », a rassuré le ministre AGBA.

Selon lui, ‘’la certification de l’éradication du ver de guinée au Togo est un succès de plus dans la recherche du bien-être sanitaire de la population togolaise, qui va permettre de concentrer les énergies et les moyens de lutte pour l’éradication d’autres maladies, rassurer les partenaires du secteur de la santé sur la crédibilité des actions qu’entreprend le ministère de la santé, puis de redonner confiance aux touristes qui souhaiteraient visiter le Togo dans ses profondeurs et profiter de ses richesses culturelles, sans crainte d’être infecté par une maladie tropicale’’.

Le ver de guinée est certes éradiqué au Togo. Encore faut-il que  les populations restent toujours mobilisées pour détecter tous cas importés.

Le ver de guinée : mode de contagion et moyens de prévention

La dracunculose ou maladie du ver de guinée est une parasitose marquée par l’émergence cutanée de la femelle adulte de Dracunculus medinensis.

La contamination se fait exclusivement par la consommation d’eau de boisson non potable contenant un micro-crustacé, le cyclops, infecté par la larve du ver.

Cette maladie invalidante a des effets fortement défavorables sur la santé, la production agricole et la fréquentation scolaire. Elle est endémique dans les zones rurales où les sources d’eau de boisson  sont constituées essentiellement par des eaux de surface stagnantes.

La dracunculose est une maladie contre laquelle il n’ya ni médicaments, ni vaccins. En revanche, il existe des moyens simples et efficaces de prévention de cette affection à savoir : toujours consommer de l’eau potable à la maison et au champ, toujours filtrer l’eau des mares à l’aide d’un tissu propre avant de la boire, éviter de tremper toute partie du corps portant une enflure ou une lésion dans les sources d’eau stagnantes, etc.…

Louis BARARMNA

 

Share
This entry was posted in French, Togo News and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply