Médicaments contrefaits / Afrique / Cinq laboratoires compacts et mobiles de détection des médicaments contrefaits offerts en Zambie

LUSAKA, Zambie, 29 février 2012/African Press Organization (APO)/ –

• Global Pharma Health Fund, une œuvre de bienfaisance financée par Merck, le groupe pharmaceutique et chimique allemand, a offert des mini laboratoires uniques au Ministre de la Santé de la Zambie

• Le Docteur Karl-Ludwig Kley, président du conseil d’administration de Merck, a rencontré le Ministre de la Santé, le Docteur Joseph Kasonde

Pour permettre d’améliorer les soins de santé en Zambie, Global Pharma Health Fund, une œuvre de bienfaisance financée par Merck (http://www.merckgroup.com), le groupe allemand opérant dans les domaines de la pharmacie, de la chimie et des sciences de la vie, a offert cinq laboratoires compacts et mobiles au Ministre de la Santé dans la capitale de Lusaka afin d’aider à détecter les médicaments contrefaits. Ces laboratoires dénommés Minilabs peuvent servir à identifier rapidement et en toute fiabilité des médicaments contrefaits et de qualité inférieure. Dans ce contexte, le Dr Karl-Ludwig Kley, président du conseil d’administration de Merck, a rencontré aujourd’hui à Lusaka le Ministre de la Santé de la Zambie, le Dr Joseph Kasonde.

Logo: http://www.apo-mail.org/merck_logo.JPG

La visite du Dr. Kley en Zambie représentait la troisième escale de son voyage en Afrique qui comprenait la Tanzanie et le Zanzibar. Il a constaté de visu les progrès réalisés dans la lutte contre la schistosomiase, une maladie tropicale. En coopération avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Merck s’est engagé à éliminer cette maladie parasitaire en Afrique.

« Les médicaments contrefaits représentent une grave menace pour la santé. Avec les Minilabs, nous protégeons directement les populations contre un risque qui peut être mortel », a déclaré le Dr. Kley aux journalistes. « De plus, nous participons à l’amélioration des structures de contrôle des médicaments et nous permettons d’éviter le gaspillage de ressources rares sur des médicaments inutiles, voire même dangereux. » Le Dr. Kley a ajouté : « Les laboratoires compacts et mobiles sont uniques à l’échelle internationale en raison de leur capacité à détecter rapidement les médicaments contrefaits avec un bon rapport coût-efficacité. Grâce à eux, on peut réduire les goulots d’étranglement qui existent dans le domaine du contrôle de la qualité des médicaments, en particulier dans les zones rurales. »

Interpol, l’organisation internationale de police, estime qu’au moins 30 % de la totalité des médicaments circulant en Afrique sont soit de qualité inférieure, soit des contrefaçons. Global Pharma Health Fund apporte son aide dans ce contexte. Le Minilab développé par GPHF est composé de deux mallettes résistant au climat tropical qui contiennent le matériel nécessaire pour détecter les médicaments inefficaces ou de qualité inférieure. Il offre des méthodes d’essai rapides, simples et peu coûteuses, permettant de détecter les anomalies externes, l’identité et le contenu des médicaments, et il identifie 57 principes pharmaceutiques actifs, en particulier dans les médicaments couramment utilisés contre les maladies infectieuses. Ces méthodes d’essai couvrent les antibiotiques, les anthelmintiques, les virostatiques, les antipaludiques, les antibiotiques antituberculeux et autres médicaments couramment utilisés.

À ce jour, GPHF a fourni quelques 470 Minilabs à prix coûtant à plus de 80 pays. Plus de la moitié de ces pays sont situés en Afrique et un tiers en Asie. Cet ensemble de tests simples et fiables, utilisable sur le terrain et associé à un manuel détaillant les consignes pour exécuter les tests, est unique. Merck continue à participer à la recherche externe en vue d’augmenter le nombre de médicaments qui peuvent être testés, tout en recherchant d’autres moyens d’optimiser le Minilab. La formation est également offerte afin que les utilisateurs se familiarisent avec la procédure d’essai.

Merck cherche à éradiquer la schistosomiase en coopération avec l’OMS

En plus des Minilabs, Merck est impliqué dans un autre projet majeur qui vise à améliorer les soins de santé sur le continent africain. En collaboration avec l’OMS, Merck lutte contre la schistosomiase chez les écoliers africains, une maladie provoquée par un vers parasite. Merck s’est récemment engagé à maintenir ses efforts en Afrique en coopération avec l’OMS jusqu’à l’éradication de la schistosomiase. À ce jour, Merck a fourni gratuitement à l’OMS 25 millions de comprimés par an, contenant le principe actif praziquantel. À moyen terme, le groupe multipliera ce chiffre par dix pour atteindre 250 millions par an. Cette thérapie est considérée comme le traitement le plus efficace de cette maladie parasitaire. L’augmentation brutale du nombre de comprimés à 250 millions permettra de traiter chaque année quelques 100 millions d’enfants. Selon les estimations, plus de 200 millions de personnes seraient infectées et la schistosomiase entraînerait quelques 200 000 décès chaque année.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Merck.

Pour obtenir de plus amples informations sur la lutte contre les médicaments contrefaits, veuillez visiter les liens suivants :

http://www.merckgroup.com/en/responsibility/society/global_responsibility_projects/fighting_counterfeit_medicines.html

http://www.gphf.org/web/en/start/index.htm

Informations sur la lutte contre la schistosomiase :

http://www.merckgroup.com/en/responsibility /society/global_projects/praziquantel.html

Media contact:

Phyllis Carter

Tel. +49 6151 72-7144

media.relations@merckgroup.com

A propos de Merck

Merck (http://www.merckgroup.com) est un groupe pharmaceutique et chimique qui opère à l’échelle mondiale et dont les revenus ont atteint 9,3 milliards d’euros en 2010. Fort d’une histoire qui a commencé en 1668, Merck construit son avenir grâce à ses quelque 40 000 collaborateurs répartis dans 67 pays. L’une des clés de son succès tient au sens de l’innovation de ses collaborateurs. Les activités de Merck sont chapeautées par la société Merck KGaA, dont le capital est détenu à hauteur de 70 % environ par la famille Merck et à hauteur de 30 % environ par des actionnaires extérieurs. L’ancienne filiale américaine Merck & Co. est totalement autonome depuis 1917, et n’a depuis plus aucun lien avec le groupe Merck.

Tous les communiqués de presse de Merck sont distribués par e-mail dès leur publication sur le site Internet de Merck. Veuillez vous rendre sur la page http://www.merckgroup.com/subscribe pour vous inscrire en ligne, modifier vos choix ou annuler ce service.

SOURCE

Merck

Share
This entry was posted in French, Zambia News and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply