Togo/politique : Interview à HABIA Nicodème, député de l’UFC : « Malgré la diabolisation dont est victime le parti par certaines personnes, l’UFC reste et demeure le grand parti d’opposition

Quelques jours après la marche du Collectif Sauvons le Togo et ses corolaires, le député togolais HABIA Nicodème a accordé une interview à la rédaction du site africabusiness.com.

Occasion au cours de laquelle il a vivement et fermement déploré les conséquences néfastes engendrées par la manifestation qui a tourné au vinaigre et qui pourtant était annoncée être apaisée par les organisateurs.

Lisez plutôt en intégralité les propos d’un des responsables membres du bureau exécutif actuel du parti  au symbole du palmier :

Africabusiness.com: Honorable Nicodème Habbia, vous êtes députés à l’Assemblée Nationale mais aussi vice-président de l’UFC. A la lecture de l’actualité politique qui prévaut aujourd’hui au Togo, peut-on dire que l’UFC reste ce grand parti d’opposition ou est-elle secouée ?

Député Habia Nicodème: Votre question est de savoir si l’UFC est reniée ou secouée après tout ce qui s’est passé. Je peux vous dire que l’UFC demeure toujours ce grand parti d’opposition que tout le monde connait. Dans quelques mois, nous irons aux élections et ce sera clair pour tout le monde une fois pour de bon si l’UFC demeure le plus grand parti d’opposition du Togo. Les racines du parti UFC ne datent pas d’aujourd’hui. Elles datent de la période des indépendances notamment du CUT. Malgré la diabolisation dont est victime le parti par certaines personnes, l’UFC reste et demeure le grand parti d’opposition.

Africabusiness.com : Quelles sont vos appréciations des différents événements qui animent la vie politique du Togo ces derniers jours ?

Député Habia Nicodème : Nous avons constaté qu’il y a eu plusieurs blessés aussi bien dans le camp des forces de sécurité dans chez les manifestants. Il y a aussi des populations innocentes qui ont subis des violences de certains manifestants. Nous compatissons avec les différentes personnes blessées. A l’UFC, nous ne sommes plus pour la violence parce que la violence ne paie pas. Ce qu’il nous faut aujourd’hui dans ce pays, c’est de rassurer l’adversaire politique pour parvenir à l’alternance. Nous disons non à la violence.

Africabusiness.com : Le siège de votre parti a été saccagé pendant les manifestations. Qu’est ce que cela vous inspire ?


Député Habia Nicodème : Le Président National Gilchrist Olympio a appelé les militants à rester calme et à ne pas répondre à la violence par la violence. Je le remercie pour sa sagesse et je tiens à rappeler à tous les togolais que nous ne voulons pas vivre dans la jungle. Mais si certains pensent que notre silence est signe de faiblesse, je dis que désormais nous sommes prêts à répondre à toutes les provocations d’où qu’elles viennent.

Africabusiness.com : Votre message à la population et à la diaspora


Député Habia Nicodème : Les togolais ont soif de l’alternance. Restons sereins et mobilisés mais pas dans la violence. C’est ainsi que nous pouvons rassurer notre adversaire politique. Je voudrais aussi dire que notre adversaire commun c’est le régime qui doit changer. Et nous sommes optimistes qu’en 2015, les togolais auront ce qu’ils cherchent à savoir l’alternance pacifique. Le Président Faure Gnassingbé est suffisamment sage pour prendre de bonnes décisions en 2015 car les togolais sont fatigués d’entendre le nom Gnassingbé.

La rédaction

Share
This entry was posted in French, Togo News and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply