La Banque mondiale renouvelle son appui à l’Égypte pendant la transition

 

La nouvelle stratégie passe par un projet de création de 250 000 emplois

WASHINGTON, le 28 juin 2012 – Dans sa nouvelle stratégie à court terme pour soutenir l’Égypte à l’heure où ce pays digère sa transformation politique, le Groupe de la Banque mondiale met en avant l’inclusion, la transparence, la responsabilisation ainsi que l’urgente nécessité de multiplier les opportunités économiques pour tous les Égyptiens. La nouvelle stratégie de la Banque pour ce pays s’accompagnera d’un projet de création immédiate d’emplois grâce au lancement d’un programme de grands travaux au sein des communautés les plus vulnérables.

« Nous allons continuer à offrir diverses formes d’aide pour soutenir l’Égypte dans sa transition historique », déclare Inger Andersen, Vice-présidente de la Banque mondiale pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord,. « Notre stratégie traduit la ferme volonté des nouveaux acteurs de l’Égypte de donner priorité à la création d’emplois et à la réalisation de réformes pour améliorer la gouvernance. La Banque mondiale demeurera bien sûr à l’écoute et prête à répondre aux nouvelles demandes émanant du gouvernement. »

Suite à la révolution du 25 janvier 2011, le Groupe de la Banque mondiale a élargi son engagement auprès de tous les segments de la société égyptienne. La Note de stratégie intérimaire (ISN), qui a été présentée au Conseil des administrateurs de la Banque mondiale aujourd’hui, résulte d’une série de consultations entreprises auprès du gouvernement intérimaire, de la société civile, des nouveaux partis politiques, des organisations de jeunes et des représentants des universités et du secteur privé.

« Nous avons passé l’essentiel de l’année dernière à écouter ce qui se disait », explique David Craig,  le directeur des opérations de la Banque mondiale en Égypte, au Yémen et à Djibouti, « Ces conversations nous ont aidé à calquer les activités futures de la Banque mondiale sur ce qui a été exprimé lors de la révolution. Écouter nous a permis de comprendre comment aider au mieux l’Égypte à relever un double défi : mettre en œuvre les réformes indispensables et répondre à une demande pressante d’opportunités économiques. »

La Note de stratégie intérimaire constitue une plateforme pour l’aide que la Banque mondiale continuera à apporter à l’Égypte dans les 18 prochains mois, soit jusqu’en décembre 2013. La Banque mondiale privilégie ce type de support à la Stratégie d’aide-pays sur trois ans dans les contextes d’incertitude et d’évolution rapide.

La Note de stratégie intérimaire pour l’Égypte, préparée par la Société financière internationale (IFC) et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), met l’accent sur trois domaines stratégiques. D’abord la gestion économique : La Banque mondiale aidera à restaurer le cadre macroéconomique et à améliorer la transparence des interventions économiques du gouvernement.

Ensuite le chômage : Le Groupe de la Banque mondiale soutiendra la création d’emplois et assurera une assistance technique pour améliorer la qualité de l’éducation et instaurer un climat favorable à la croissance en s’appuyant sur le secteur privé. « L’IFC a fortement contribué au soutien du secteur privé égyptien depuis la révolution et nous comptons que cet élan se maintienne au cours de la période couverte par la Note de stratégie intérimaire », souligne Mouayed Makhlouf, le directeur des opérations de l’IFC pour la région MENA.

Le troisième volet vise l’inclusion. Il s’agit d’aider l’Égypte à ouvrir un meilleur accès aux biens et services aux groupes exclus, notamment les jeunes, les femmes, les pauvres et les habitants des régions défavorisées. Notamment à l’eau et à l’assainissement, à l’énergie, à des transports fiables et à des services comme la santé, l’éducation et la protection sociale. Divers programmes encourageront en parallèle la participation des citoyens et des communautés.

Devant l’aggravation de la pauvreté et du chômage due au ralentissement de la croissance, la Banque mondiale a également approuvé le déblocage d’un financement pour un Projet d’urgence de grands travaux pour l’Égypte, avec un quart de million d’emplois à la clé. Ce projet de 200 millions de dollars, approuvé aujourd’hui par le Conseil des administrateurs, offrira des opportunités d’emploi dans les régions d’Égypte qui en ont le plus besoin.

« Ce projet apportera une aide aux communautés les plus touchées par le ralentissement économique », soutient le chef d’équipe du projet au sein de la Banque mondiale, Alaa Hamed. « Il permettra de soutenir les revenus en lançant de grands chantiers comme le nettoyage des canaux et la remise en état des infrastructures de base, écoles et routes rurales »

Source: WorldBank.org

Share
This entry was posted in Egypt News, French and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply