Interview exclusive de l’architecte KPIKI DAO Emile : « Si vous êtes architectes au Togo et que vous n’avez pas assez de relations dans ce pays, vous ne vous en sortirez pas »

 

 

Comment évolue l’architecture au Togo ? Quels sont les risques du métier au Togo ? Voilà autant de questions qui ont fait l’objet de conversations entre la rédaction du site africabusiness.com, et le sieur Emile KPIKI  DAO, Jeune architecte togolais, patron du cabinet Dynamics Vinci.

Lisez plutôt l’interview qu’il nous a accordée à son cabinet où nous l’avons surpris hyper occupé à son portatif, entrain de créer des modèles d’architectures adaptés au contexte togolais.

Vous êtes architectes de métier. Parlez-nous de l’architecture au Togo et de son évolution

Je vous remercie beaucoup pour la question. Ce que j’ai à vous dire, c’est qu’au cours de ces  4 dernières années au Togo, l’architecture a pris de l’ampleur.

Auparavant, l’architecture était un cercle fermé et on avait de la peine à déceler le secret pour évoluer. Mais aujourd’hui, avec l’apparition de nouveaux modes de construction et d’une nouvelle génération d’architectes, le métier a subi des transformations au Togo.

Par exemple, les modèles de construction ne sont plus typiquement européens. Les constructions se faisaient sur la base des plans étudiés lors des formations, sans tenir compte de nos propres réalités.

Aujourd’hui, cette façon de concevoir l’architecture est révolue, étant donné que les jeunes professionnels du métier essayent avec leurs esprits de créativité, de réaliser des œuvres architecturales adaptées aux réalités du terrain. C’est pour quoi on assiste désormais à des compilations de modèles dans les constructions. On compile par exemple 3 modèles de construction pour en faire un.

En clair, nous faisons face à des modèles d’architecture adaptés au contexte togolais.

Quelles sont les difficultés du métier ?

Bien que  le métier évolue au Togo, il faut cependant dire que les architectes ont d’énormes difficultés dans l’accomplissement de leurs tâches. L’une des difficultés majeures est d’ordre relationnel.

Autrement dit, ce sont les relations qui comptent de nos jours. Si vous êtes architectes au Togo et que vous n’avez pas assez de relations dans ce pays, vous ne vous en sortirez pas.

Mais moi, je demeure serein, confiant et optimiste en me disant que c’est pour un temps, parce qu’à chaque génération d’architectes ses réalités.

Nous sommes une jeune génération et je suis sûr que tôt ou tard, nous aurons la facilité d’accès aux marchés, confiés pour le moment à une minorité d’architectes.

Vous particulièrement, avez-vous assez de contacts dans l’exercice de votre profession ?

Je ne dirai pas assez. Je souhaiterais être en contact avec tout le monde. Mais avec le peu de contacts que j’ai, j’arrive à m’en sortir sans trop d’inquiétudes. Je fais des efforts afin de tisser plus de contacts, que ça soit au Togo ou à l’étranger.

Arrivez-vous à décrocher facilement les marchés ?

Décrocher un marché constitue un autre casse-tête chinois pour l’architecte togolais. Les marchés publics par exemple sont toujours confiés aux mêmes cabinets d’architecture. Cette situation fait que la jeune génération d’architectes togolais se tourne plus vers le secteur privé que public, parce que l’accès n’est pas facile. Si vous faites le tour d’horizon, vous verrez qu’au Togo, il n’y a que 3 cabinets qui gèrent le secteur des travaux publics : GER, CECO-BTP, CENTRO.

Bref, l’accès facile aux marchés en matière d’architecture est loin d’être une réalité. Mais, nous espérons que la tendance sera renversée et que chacun y gagnera pour son compte à l’avenir.

M. DAO, merci

C’est moi qui vous remercie

A propos  de Emile KPIKI DAO

Emile KPIKI DAO, est un jeune architecte  originaire de Pya, au Nord du Togo, issu d’une famille de classe sociale moyenne.

A 35 ans déjà, il est  directeur du cabinet architectural Dynamics Vinci dont la devise est le dynamisme de l’originalité.

Après son baccalauréat série A4, le jeune architecte s’inscrit en faculté de Droit au Campus universitaire de Lomé, où il fera 2 ans d’études avant d’être détourné par sa vocation de devenir un grand architecte au service de ses compatriotes togolais.

Un rêve qui peu à peu deviendra réalité lorsqu’il sortira de l’Institut Pilote d’Orientation Professionnelle ‘’Le Leader’’ au Togo, muni d’un diplôme en architecture.

Le cabinet Dynamics Vinci créé en 2009, et offre d’innombrables services tels que l’architecture, l’ingénierie, l’art design, et l’expertise immobilière.

Le patron de Dynamics Vinci, a réalisé plusieurs œuvres architecturales dont le plus marquant est le bar restaurant  « Manchester United » sis à Lomé sur la route d’Adidogomé.

Share
This entry was posted in French, Togo News and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply