Un rôle grandissant pour l’Afrique à « l’âge d’or du gaz » – Rapport

 

Les opportunités s’élargiront dans la plupart des domaines pour les petites entreprises E&P locales, souvent par le biais de partenariats avec des acteurs plus grands et mieux expérimentés

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 30 octobre 2012/African Press Organization (APO)/ – Grâce à un accès ouvert et à des conditions de location intéressantes, les ressources en pétrole et en gaz naturel de l’Afrique attirent toujours un large éventail d’investisseurs, selon un nouveau rapport d’Ernst & Young (http://www.ey.com/za) intitulé Gaz naturel en Afrique – Les frontières de l’âge d’or, publié lors de la Semaine du Pétrole et du Gaz en Afrique.

Télécharger le rapport :http://www.apo-mail.org/Natural%20Gas%20in%20Africa_28Sep2012LR.pdf

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/ernstyoung.jpg

Elias Punpong, le responsable du secteur Pétrole & Gaz en Afrique d’Ernst & Young, apporte des précisions : « L’exploitation du gaz naturel représente une opportunité phénoménale pour l’Afrique. Elle peut devenir un moteur essentiel pour la croissance économique et, plus largement, pour le développement social, ainsi qu’un atout majeur pour la croissance de l’emploi local et le développement de l’infrastructure. »

L’Afrique de l’est est l’avenir du gaz africain

Ce rapport souligne l’évolution rapide du secteur africain du gaz naturel et, alors que l’Algérie, le Nigeria, l’Égypte et la Libye ont été identifiés comme détenant des gisements importants, la production de gaz est nettement plus faible dans ces pays. Plus récemment, la croissance de ce secteur s’est concentrée sur l’Afrique de l’ouest, notamment avec la découverte d’énormes ressources gazières suite au boom de l’exploration pétrolière en eaux profondes, avec en tête le Nigeria et l’Angola. Étant donné que la croissance du secteur gazier se poursuivra en Afrique de l’ouest alors que la pratique de la torchère diminue et que l’infrastructure locale destinée à l’exploitation du gaz se développe, l’Afrique de l’est représente le grand avenir du gaz africain grâce aux gisements considérables découverts en mer, en particulier au large du Mozambique et de la Tanzanie.

Selon M. Pungong : « Alors que les classements des risques en Afrique sont assez élevés dans l’ensemble, la « tendance à risque » s’améliore pour de nombreux pays. Plus important cependant, les opportunités qu’implique ce secteur pour l’Afrique sont énormes, et les enjeux et les risques peuvent être abordés et atténués. »

Les réserves africaines en gaz représenteront bien davantage que des opportunités majeures pour les compagnies pétrolières nationales (CPN), les géants du pétrole et du gaz aux portefeuilles bien garnis, et leurs grands homologues internationaux de l’exploration et de la production (E&P), ainsi que les spécialistes africains bien connus du pétrole et du gaz.

Une vague d’opportunités locales

L’accélération de l’activité E&P ouvre des opportunités pour le segment des services de champ pétrolier (OFS), mais de nouveau, pas uniquement pour les grands acteurs OFS internationaux, mais également pour les sociétés locales et régionales qui peuvent apporter une contribution aux chaînes d’approvisionnement et à l’infrastructure de support associée en amont. La construction des infrastructures pourrait également englober des installations d’exportation colossales, comme dans le cas du gaz naturel liquéfié (GNL), mais également des projets de moindre envergure comme les pipelines et les réseaux de distribution du gaz pour répondre à la demande locale / régionale en gaz domestique.

Le développement ou l’expansion associée d’une demande en gaz domestique pourrait également ouvrir des perspectives commerciales majeures dans les secteurs de la production d’électricité, de l’industrie et même des transports. En effet, la plupart des efforts de réduction des torchères sont liés aux projets d’utilisation du gaz domestique.

M. Pungong conclut : « Les gouvernements africains et les ONG régionales auront bien entendu un rôle essentiel à jouer, en créant en tout premier lieu un plan-directeur pratique et important pour le développement du gaz, un plan qui aborde les modèles de licences et de fiscalité en amont, ainsi que les questions et les investissements dans l’infrastructure requise et les problèmes locaux de création d’emplois et de formation. Une collaboration et un partenariat avec les CPI, grandes comme petites, seront tout aussi essentiels. »

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour Ernst & Young.

Télécharger le rapport :
http://www.apo-mail.org/Natural%20Gas%20in%20Africa_28Sep2012LR.pdf

Contact Presse:

Fathima Naidoo

Relations publiques en Afrique d’Ernst & Young

+27(0) 76 662 2842

fathima.naidoo@za.ey.com

À propos d’Ernst & Young

Ernst & Young (http://www.ey.com/za) est mondialement reconnu comme un chef de file dans les secteurs de l’assurance, de la fiscalité, des transactions et du conseil. Partout dans le monde, nos 167 000 collaborateurs sont unis par le respect de valeurs communes et partagent notre engagement envers la qualité. Nous faisons la différence en nous engageant auprès de nos collaborateurs, de nos clients et des communautés pour les accompagner dans la réalisation de leur potentiel.

Ernst & Young désigne une ou plusieurs entités juridiques distinctes, membres du groupe mondial Ernst & Young Global Limited. Ernst & Young Global Limited, une société de droit anglais, ne fournit pas de services aux clients. Ce communiqué de presse a été publié par EYGM Limited, un membre du groupe mondial Ernst & Young, qui ne fournit pas non plus de services aux clients.

En 2008, suite à l’intégration de 87 pays dans une seule zone géographique regroupant l’Europe, le Moyen-Orient, l’Inde et l’Afrique (EMEIA), Ernst & Young a lancé son Africa Business Center™ (ABC), qui a pour mission d’améliorer la relation efficace qui existe entre la présence internationale et les domaines d’expertise du groupe. Le groupe est représenté dans 33 pays en Afrique. http://www.ey.com/za

© 2012 EYGM Limited. Tous droits réservés

Le présent document contient des informations sous forme abrégée. En conséquence, il fournit uniquement des indications d’ordre général. Il n’est pas destiné à remplacer une recherche détaillée ou un jugement professionnel. EYGM Limited ou tout autre membre du groupe mondial Ernst & Young n’accepte aucune responsabilité pour toute perte subie par une personne agissant ou s’abstenant d’agir en raison d’une information contenue dans le présent document. Pour toute question spécifique, il est nécessaire de consulter le conseiller approprié.

Le Global Oil & Gas Center d’Ernst & Young peut vous aider

L’industrie du pétrole et du gaz est en évolution constante. L’incertitude grandissante des politiques énergétiques, des complexités géopolitiques, de la gestion des coûts et des changements climatiques représente un enjeu considérable. Le Global Oil & Gas Center d’Ernst & Young fournit à plus de 9 000 professionnels des activités en amont, intermédiaires et en aval, ainsi que des services de champ pétrolier, une expérience technique dans les domaines de l’assurance, de la fiscalité, des transactions et du conseil. Ce Centre s’efforce d’anticiper les tendances du marché, d’assurer la mobilité de nos ressources mondiales et d’articuler les points de vue autour de questions industrielles essentielles et pertinentes. Grâce à notre orientation marquée sur cette industrie, nous sommes en mesure d’aider votre société à réduire ses coûts et à améliorer sa compétitivité pour atteindre son plein potentiel. Pour de plus amples informations, veuillez visiter le site http://www.ey.com/oilandgas.

SOURCE

Ernst & Young

Share
This entry was posted in French, South Africa News and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply