Togo: la liberté de presse en danger

L’Assemblée nationale togolaise  a adopté  ce matin  une   loi  liberticide  sous  haute surveillance  des forces  de  sécurité. La loi en question concerne la Haute  autorité de l’audiovisuel et de la Communication (HAAC), institution  de régulation  des médias au Togo.  La modification consiste entre autres à accorder plus de pouvoir à cette structure et l’autorise à retirer les fréquences et récépissés des médias  sans recourir à une décision de justice.

 

Malheureusement, cette  modification apportée est contraire à la Constitution en vigueur dans ce pays notamment en son article 26 qui stipule que « la presse ne peut être assujettie à l’autorisation préalable, au cautionnement, à la censure ou à d’autres entraves. L’interdiction de diffusion de toute publication ne peut-être prononcée qu’en vertu d’une décision de justice ». Les journalistes informés de la forfaiture qui se tramait  ont voulu  manifesté leur mécontentement et surtout leur désapprobation  devant  le siège du parlement à travers un sit-in. Curieusement ils ont été  empêchés d’accéder au Siège de l’Assemblée  nationale  où cette loi a été   adoptée. Le ministre de la Sécurité et de la protection   civile, le Colonel Yark  Damehame a ordonné  à ses  éléments  de renvoyer  les journalistes qui ont  commencé par se regrouper  devant le siège du Parlement pour dénoncer le vote de la loi liberticide. Argument évoqué, les organisateurs du  sit-in  n’avaient pas adressé une demande d’information à l’autorité compétente conformément à la loi réglementant les manifestations publiques ;  ce qui n’est pas vrai car selon leurs organisations qui estiment que  le sit-in est une  manifestation  spontanée qui ne nécessite donc pas de demande d’autorisation.

Devant les menaces des forces de sécurité, les journalistes se sont repliés et comptent définir des stratégies  de lutte pour préserver la liberté de presse acquise au prix de mille efforts. Une réunion est à cet effet prévue demain mercredi 20 Février  10 heures GMT à la Maison de la presse à Lomé entre les responsables des diverses organisations de presse au Togo notamment le Réseau africain des journalistes  sur la sécurité  humaine  et la paix (RAJOSEP), le Syndicat national des journalistes indépendants du Togo (SYNJIT), Journalistes pour les droits de l’homme (JDHO), SOS journaliste en danger, le Conseil national des patrons de presse (CONAPP) etc.

Jean-Baptiste ATTISSO, SG du RAJOSEP

Share
This entry was posted in French, Togo News and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply