Catastrophes naturelles : des stratégies

Les phénomènes naturelles ont un caractère destructeur qui compromet le développement du Togo.

En témoignent les inondations de 2010 qui ont fait 82 767 sinistrés, 7774 cultures dévastées, 3947 maisons inondées, et malheureusement 21 décès.

Suite à ces événements, une évaluation post catatrophe a permis d’estimer le coût des dommages et pertes à environ 19 milliards et des besoins de reconstruction qui s’élèvent à près de 20 milliards de FCFA.

L’on se souvient encore de la rupture du pont d’Amakpapé qui a entravé pendant des mois la communication entre Lomé la capitale, et l’intérieur du pays ainsi qu’avec les pays de l’hinterland, puis affecté sérieusement l’économie du pays.

Face à la recrudescence des changements climatiques qui affectent gravement le Togo, la multiplication des stratégies se révèle être plus qu’un impératif, surtout au niveau des différents départements ministériels du pays.

Mercredi, des acteurs environnementaux réunis à Lomé, ont présenté aux parties prenantes de la plate forme nationale de réduction des risques et catastrophes, une nouvelle stratégie qui vise à accroître la résilience du Togo et de ses collectivités déconcentrées face aux catastrophes d’ici 2017, et de doter les populations des conditions de vie acceptables et sécurisées.

Selon MOROU Amidou Assimaila , point focal national de réduction des risques de catastrophes, ‘’cette nouvelle stratégie prévoit la prise en compte des questions de réduction des risques et catastrophes au niveau sectoriel’’.

‘’Au niveau du système d’information, le système d’alerte doit être rendu opérationnel, avec le renforcement des capacités des structures comme la météorologie, l’hydrologie de manière à ce que les populations soient informées à temps lorsque des situations d’urgences éventuelles se posent.

On note également le renforcement de la protection civile où des efforts doivent être faits en matière de sauvetage et de protection des populations, la prise en compte des questions d’érosions côtières, et la formation des réseaux de femmes et de journalistes déjà constitués pour mieux véhiculer les informations’’, a-t-il ajouté.

Share
This entry was posted in French, Togo News and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply