“Le programme de parrainage Sizanani» : un échange social et culturel

« Je comparerais mon rôle à celui d’une grande sœur. Nous avons donné beaucoup de conseils et d’information à nos jeunes, raconte la franco-congolaise Priscia Foundou qui, diplôme de marketing en poche, a passé deux ans à Johannesburg. 

L’idée était aussi de s’amuser : visiter un musée, les emmener dans un restau de poissons ou un match de foot, faire un pique nique et jouer au foot a Zoo lake … nous avons partagé des bons moments ensemble». 

Avec son copain et une amie, ils ont parrainé trois jeunes du township d’Alexandra. L’un d’eux, Lucas Manhica, un élève brillant, a été admis dans la prestigieuse “African Academy” (Honeydew) qui entend former les “futurs leaders” du continent. Il a de fortes chances de poursuivre ses études à l’étranger, aux Etats-Unis ou ailleurs.

L’an dernier, 78 élèves (Grade 11 et 12) des lycées du township Alexandra ont ainsi bénéficié du soutien de 64 «parrains», en majorité des jeunes professionnels sud-africains, mais aussi des étrangers, notamment francophones (comme la coordinatrice belge du programme, Valérie Hirsch) et africains.

Le programme Sizanani (« s’entraider » en zoulou) s’inscrit dans le cadre des « projets sociaux » menés par l’école privée de filles St Mary (près de Sandton), qui vient de fêter son 125e anniversaire.

Plus de 200 lycéens d’Alexandra y suivent, chaque samedi et pendant les congés scolaires, des cours de soutien. Ils ont ainsi plus de chances d’accéder à l’enseignement supérieur.

Cette année, les nouveaux « mentors » s’occuperont d’un ou deux jeunes en Grade 11 (Première) qu’ils choisiront lors d’un pique-nique à  St Mary, samedi 23 février, ou à une autre occasion.

L’idée est d’exposer ces jeunes issus de familles très défavorisées à de nouvelles expériences, en organisant des sorties avec eux, environ un samedi après-midi par mois, après leurs cours à St Mary.

Chaque mentor s’organise, selon ses disponibilités mais des «après-midi» communes sont aussi proposées (acrobranche à Melrose, visite de la galerie Wits, etc.) .

Il s’agit aussi d’encourager ces jeunes à avoir confiance en eux, à améliorer leurs résultats scolaires et à aller sur internet pour s’informer sur les options

après le matric, notamment en consultant notre blog.

Certains vont même plus loin, comme Jean-Paul Mubima, un informaticien d’origine congolaise, qui a donné régulièrement des cours de math à ses trois «mentees».    

Nous invitons des étudiants, professionnels, représentants d’universités et d’écoles supérieures, une fois par mois, a St Mary pour parler à nos élèves.

Notre équipe aide aussi les jeunes en terminale à s’inscrire à l’université ou dans des collèges, à obtenir des prêts ou des bourses. 

« Echanger avec ces jeunes, qui ont vraiment envie de réussir, est très intéressant, témoigne Olivier Nour, un ex-mentor franco-éthiopien. On peut vraiment les

aider, notamment en les informant sur l’éventail des carrières possibles, car souvent, ils ont très peu d’information ».

L’échange est aussi culturel : pour ces jeunes, qui n’ont jamais voyagé, c’est une occasion de s’ouvrir sur le monde extérieur et d’aller au-delà des clichés, véhiculés par le racisme et la xénophobie.

Si vous voulez devenir mentor ou venir parler de votre métier à nos jeunes, contactez Valérie Hirsch  011 784 72 98 – 083 750 77 25

valou.hirsch@gmail.com

Facebook : Sizanani mentors

Blog : beststudentsofalexandra.blogspot.com

 

 

 

 

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply