Attaque dans les autobus à Braamfontein: les appels à la prudence se multiplient.

Quoi de plus normal que de prendre un autobus à Braamfontein pour rentrer chez soi ou pour une toute autre raison ? C’est normal oui, mais encore plus dangereux.

Depuis plusieurs semaines, de plus en plus de personnes se font attaquer dans des autobus qu’elles prennent à Braamfontein, précisément devant le Language Lab ou encore les pompes funèbres « Doves », non loin de l’université Wits à Johannesburg.

Le scénario, dans la plupart des cas est quasiment le même : Il y a 4 hommes dans l’autobus, assis généralement à la banquette arrière. Le passager se met éventuellement juste devant ceux qu’il a trouvés dans le taxi.

A quelques mètres de son lieu d’embarquement, les hommes derrière demandent aux passagers de se coucher, leur couvrent les yeux et leur arrachent tout ce qu’ils estiment avoir de la valeur : bijoux, chaussures, chemises, portables, laptop ou iPad ainsi que les cartes de banques.

« Ils se sont arrêtés dans un endroit que je ne reconnaissais pas puisque j’avais les yeux bandés, ils m’ont demandé mon code pour retirer de l’argent au distributeur automatique, ils ont retiré de l’argent, environ R2000 » témoigne une victime.  

Les plus résistants sont battus sans pitié. Les assaillants menacent dès le début toute personne qui aimerait jouer au malin. Dans la plupart des cas, ils ne parlent pas anglais et s’énervent lorsque les passagers ne comprennent pas ce qu’ils disent.

« J’essayais de rester le plus calme possible parce que je ne comprenais pas ce qu’ils disaient, mon voisin leur a dit qu’on ne comprenait rien et a recu une bonne claque ! » relate une victime francophone.

Le deuxième scénario qui revient également assez souvent est qu’il n’y a qu’une seule personne dans l’autobus.  Le chaffeur s’arrête au prochain arrêt pour laisser monter ses complices. Une fois bien installés dans le taxi, ils s’en prennent aux passagers.

Ces attaques se passent généralement aux heures de pointes, lorsque la plupart des personnes évite les longues files aux stations de taxis et préfèrent attendre un autobus aux environs de Language Lab et de l’université de Wits.

Cette situation date d’environ 2 ou 3 ans, d’après ce que témoignent les premières victimes. Cependant, ces dernières semaines, les cas d’attaques se sont répétés de manière effrayante.

 Plusieurs plaintes ont été deposées contre X à la station de police de Hillbrow mais rien n’a été fait pour arrêter ces agresseurs.

Quant aux chauffeurs de taxi à la station de Bree, ils ont avoué être au courant de cette situation mais ne savent rien faire pour y mettre fin.

Aucune solution n’est donc en vue. Il est ainsi demandé à toute la communauté francophone de Johannesburg d’être sur ses gardes. Il vaut mieux se rendre à la station de taxi de Bree plutôt que de prendre un taxi à ces endroits à Braamfontein.

       

 

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply