Congrès Mondial des professeurs de français : resserrer les liens de la grande famille francophone.

Consolider d’abord la famille francophone, promouvoir le français dans la vie internationale  et permettre aux élèves qui le désirent d’apprendre le français dans les pays non francophones.

Tels sont les trois axes élaborés par la ministre déléguée chargée de la Francophonie, Yamina Benguigui.
C’était à l’issu du 13ème congrès mondial des professeurs de français qui s’est tenu la semaine dernière à Durban.

Selon Yamina Benguigui, il sera question d’agir dans la trentaine d’Etats où le français est soit une langue officielle et d’enseignement, soit une langue seconde indispensable à la vie économique et sociale.

Deux régions vont particulièrement attirer l’attention : l’Afrique subsaharienne où l’enjeu est de réussir la scolarisation pour tous, et le monde arabe où la francophonie doit permettre de renforcer ses liens avec la société civile et la jeunesse, qui sont le moteur du changement.

Yamina Benguigui a fait une série de propositions pour que les grands groupes français se dotent, par exemple, de « protocoles linguistiques » par lesquels ils s’engagent à former au français leurs employés et à l'utiliser dans leurs activités.

Plus de 700 enseignants venus de 130 pays sont venus assister à ce congrès mondial des professeurs de français. C’est la première fois que le congrès mondial  se tient en Afrique.

Selon les estimations, l’Afrique comptera 700 millions de locuteurs francophones dans une quarantaine d’années. Le prochain congrès se tiendra dans quatre ans à Liège en Belgique.

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply