Exposition de Patrick de Mervelec:"Sauvons la ville de Johannesburg"

Sensibiliser les visiteurs à la beauté et la richesse du patrimoine architectural, aujourd’hui en péril de la ville de Johannesbourg, tel est l'objectif de l’exposition consacrée  à  Patrick de Mervelec, photographe et artiste français, dans la galerie David Krut à Parkwood.
 

Au cours de son entretien avec le Petit Journal.com, Patrick de Mervelec a déclaré être heureux d’avoir pu enfin réaliser ce projet sur la ville de Johannesbourg. Lancé initialement pour la Coupe du Monde de football de 2010, son projet avait dû être mis en suspens faute de souscripteurs et sponsors suffisants à l’époque.

En réussissant à inscrire son projet dans les Saisons Croisée France Afrique du Sud, un nouvel élan a pu être donné à ce livre avec le soutien de grandes sociétés françaises présentent en Afrique du Sud.

Le photographe a pu reprendre son projet initial et l’enrichir de nouveaux clichés sur cette ville, parfois difficile d’accès, et nous présenter une exposition et un livre qui vous donneront l’envie de déambuler dans les rues de Joburg !

Le parcours de ce photographe, installé définitivement en Afrique du Sud depuis 1998, est très riche. Il commence sa carrière très jeune comme assistant reporter à Paris Match dans le monde du showbiz des années 60.

« Mon premier coup photographique a été des clichés réalisés pendant les funérailles de William Churchill, publiés sur trois pages par Paris Match. » confie Patrick de Mervelec.

Ce succès lui permettra d’entreprendre un stage photo avec Maurice Fabard, photographe français de renom qui s’est toujours soucié avant tout de la composition de l’image, et d’ouvrir son propre studio en 1967. Il y travaillera jusqu’en 1973 sur des photos de mode et de publicité, mais Patrick de Mervelec, avec une sensibilité plus artistique que commerciale, décide de se lancer dans son autre passion qu’est le théâtre.

Pendant 10 ans, il sera acteur et metteur en scène dans différents théâtres parisien, avec comme modèle et mentor Peter Brooke, qu’il rencontrera plus tard en 1995 lors de la parution de son livre « Regards sur l’Afrique », avec les textes du poète sud-africain Mazisi Kunene, que le célèbre metteur en scène tenait à rencontrer.

Il revient à la photographie en 1980 mais cette fois sur la partie artistique de l’image. Il signera la photo de la campagne présidentielle de François Mitterand « La force tranquille » en 1981. En tant que membre de l’association Leica à Paris, Patrick a aussi travaillé aux côtés de Doisneau, Salgado, Depardon et Sieff pendant 10 ans.

Il réalisera en 1989, pour le bicentenaire de la Révolution Française, le dernier livre de photo imprimé en héliogravure « Histoire de France », qui sera également présenté sous forme d’exposition à la Fnac La Défense pendant les événements de commémoration de 1789.

Patrick de Mervelec découvre l’Afrique du Sud en 1990 à l’occasion d’un reportage pour le SA Tourism. Il avoue avoir été tout de suite conquis par « la mixité et la gentillesse des gens ».

Le 14 juillet 1996, à l’occasion de la première visite d’état en France du Président Nelson Mandela, Patrick de Mervelec aura le privilège, lors d’une cérémonie à la Mairie de Paris, de remettre en personne à Nelson Mandela son livre « Regards sur l’Afrique du Sud »

« Nelson Mandela a dit à mon épouse sud-africaine Kally : « Maintenant il faut rentrer en Afrique du Sud » » se souvient Patrick de Mervelec.

Le couple s’installe donc en Afrique du Sud en 1998, et Patrick de Mervellec continuera son travail sur la photo en sortant différents ouvrage et expositions au Pretoria Art Museum, à Rosebank ou à l’Alliance Française de Johannesbourg (The Jo-Burgers (2001), Nude landscape (2002), Looking at South Africa (2004)).

En 2005, il travaille sur un ouvrage consacré au ballet classique lors d’une représentation du South African Ballet Theatre à Pretoria. Son goût pour la scène, le pousse à se lancer, à plus de soixante ans, dans la pratique de la danse classique. « J’avais gardé la souplesse et la forme physique de l’acteur que j’avais été auparavant »  confie-t-il.

Sa rencontre avec Johnny Clegg lui permet de présenter l’exposition « Cul de sac – my piligrimage with Johnny Clegg » dédié à l’artiste lors de son tournage d’un clip vidéo dans le Mama Market de Johannesbourg. Il publie un catalogue de cette exposition.

En 2008, il travaille sur le chantier du Gautrain réalisé par Bouygue et présente ces œuvres lors d’une exposition « Gautrain, Constructivisme et urbanisme ». Il décide par la suite de se lancer dans son projet de mise en valeur de l’architecture de Joburg.

Fanuel J C Chaane Motsepe, Président de l’Arch. MIArch MGIfA, préface le livre de Patrick de Mervellec en disant « le message du photographe dans cette œuvre est de redonner l’espoir et le désir à la ville de Joburg pour qu’elle retrouve sa grandeur politique, sociale et économique. Le délabrement de certains bâtiments a été habilement détourné en une patine propre à ce patrimoine historique et permet de faire ressortir la richesse et la beauté de ces bâtiments plutôt que leurs états proches de la ruine.»

Pour en savoir plus :

Exposition « Architecture and heritage » jusqu’au 7 avril 2013
Galerie David Krut
140 Jan Smuts Avenue
Parkwood, Johannesburg
Tél: +27 (0)11 880 4242

Source: www.lepetit journal.com
 

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply