FNB ferme la porte aux demandeurs d’asile.

Les demandeurs d’asile ne sont plus en mesure d’ouvrir un compte bancaire avec First National Bank, FNB, la seule banque qui, jusque-là, leur permettait d’avoir un compte bancaire.

La raison avancée par cette institution financière : le ministère de l’intérieur prend trop de temps pour confirmer l’authenticité des permis des demandeurs d’asile.

Certains ont dû attendre jusqu'à plusieurs mois afin d’obtenir cette lettre de confirmation du ministère de l’intérieur.

D’une part, les agents de la banque qui tentaient de joindre le ministère au téléphone ne recevaient aucune réponse, d’autre part, les demandeurs d’asile et réfugiés se voyaient faire des allers-retours au ministère de l'intérieur sans obtenir de réponse satisfaisante.

Pour ne plus faire face à cette situation, FNB a tout simplement décidé de ne plus accepter les demandeurs d’asile. Une décision que déplorent non seulement les concernés, mais aussi les organisations de défense des droits des réfugiés.

« Nous sommes à présents bloqués car sans compte bancaire, il est difficile d’être payé par son employeur. » déclare un jeune réfugié.

L’organisation de défense des droits des réfugiés, PASSOP, a affirmé que de nombreux réfugiés et demandeurs d’asile avaient déjà commencé à se plaindre l’année passée quant au gel de leur compte bancaire ou encore au refus de la banque de les assister à ouvrir un compte bancaire.

Certains cherchent à contourner cette barrière en s’appuyant sur des membres de familles et amis, détenteurs de passeports avec permis d’études, de travail ou une résidence permanente.

« J’utilise le compte de ma cousine. Je détiens sa carte bancaire c’est seulement embêtant lorsqu’il faut se rendre dans une succursale pour régler un problème, dans ce cas, je suis obligée de l’attendre » affirme une jeune dame qui s’est vue refuser l’ouverture d’un compte bancaire il y a quelques semaines.

Cette méthode n’est cependant pas sans risques. Il y en a qui se sont vu dépouillés de leur argent à leur insu.

« La situation des demandeurs d’asile en Afrique du Sud est de moins en moins enviable » déclare un jeune demandeur d’asile.

Il convient de rappeler qu’en 2010, les organisations de défense des droits des réfugiés, Lawyers for Human Rights et le Consortium des réfugiés, Cormsa, avaient pesé de tout leur poids pour que les réfugiés et demandeurs d’asile soient en mesure d’ouvrir un compte bancaire.

Leur démarche avait été un succès à l’époque jusque récemment lorsque FNB a décidé de fermer la porte aux réfugiés et demandeurs d’asile.

 

 

 

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply