La nouvelle loi foncière n’est pas un signe d’antagonisme à l’investissement étranger.

La proposition sur l’interdiction aux étrangers de posséder des terres en Afrique du Sud et la possiblilité de location de ces terres n'est pas un signe d'antagonisme à l'investissement étranger. C’est ce qu’a déclaré le ministre du développement Rural et de la réforme agraire, Gugile Nkwinti.

Nkwinti a annoncé qu'il rencontrera le mois prochain les ambassadeurs accrédités en Afrique du Sud afin d'expliquer l'importance de la proposition qui s'inscrit dans le cadre du nouveau régime foncier présenté par "Green Paper" sur la réforme agraire.

Cette proposition a souligné que les étrangers ne pouvaient cependant pas être exclus de l’exploitation de la terre.

"Si nous disons aux sud-africains que nous limiterons l'étendue de votre possession afin d'avoir des terres à redistribuer, nous ne pouvons les exclure du processus, simplement parce qu'ils sont là et ont investi," dit-il.

Nkwinti dit que son ministère avait déjà rencontré une délégation venant d'Europe en 2011 et une délégation venant de l'Allemagne l'an dernier.

Selon la nouvelle proposition de système d'occupation de terres, les terrains publics seront disponibles pour un bail.

Si la proposition est approuvée, les étrangers seront seulement autorisés à louer des terres pendant au moins 30 ans, a-t-il précisé.

Il a dit que l'ANC lui avait proposé qu'un minimum de 30 ans devrait s'appliquer, mais cela pourrait s’étendre à une période de 50 ou 99 ans.

Selon le ministre de la réforme agraire, la Commission de gestion foncière, qui a été proposée dans le "Green Paper", supervisera également les terres détenues par des étrangers, mais Nkwinti a souligné que pour l’instant, l'accent serait mis sur la limitation des terres agricoles par les étrangers.

Au total, 78 % ou 96 millions d'hectares de terres appartiennent aux particuliers, alors que 26 millions d'hectares de terres, soit 22 % sont détenue par l'État.

Nkwinti a dit qu'une équipe d'avocats travaillait sur la réouverture des revendications territoriales et adjonction de revendications de terres confisquées avant 1913.

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply