Le consortium des réfugiés et des étrangers: «les droits de l’homme sont aussi les droits des étrangers! »

Un gouvernement peut-il ignorer les droits d’un groupe d’individus vivant sous son territoire parce qu’ils sont étrangers ? Est-il juste pour un gouvernement de voter des lois visant à marginaliser un groupe de personnes ?

Ce sont ces questions que se pose le Consortium des réfugiés et étrangers, Cormsa, basé en Afrique du Sud. C’est à l’occasion de la célébration de la journée des droits de l’homme ce 21 mars.

Cette organisation de défense des droits des étrangers profite de cette journée pour protester contre les nouvelles mesures proposées par le parti au pouvoir, l’ANC. Mesures, qui selon Cormsa, vont empêcher les étrangers,  demandeurs d’asile de jouir pleinement de leurs droits en Afrique du Sud.

Selon l’ANC, les demandeurs d’asile ne doivent pas être propriétaires de boutiques et autre petit commerce. Les réfugiés et demandeurs d’asile ne jouissent d’aucun soutien financier de la part du gouvernement en place.

Ce petit commerce est pour la plupart un moyen de subsistance. En les privant  de cette activité lucrative, le gouvernement les expose à la pauvreté.
Sans compter la proposition empêchant les demandeurs d’asile d’étudier ou de travailler jusqu’à ce qu’ils obtiennent leur statut de réfugiés.

Selon Cormsa, il est question de se demander si le gouvernement actuel est différent de celui de l’apartheid qui discriminait les noirs sud-africains à cause de la couleur de leur peau.

L’organisation rappelle enfin à la population sud-africaine ainsi qu’à son gouvernement que les autres pays ont largement contribué à mettre fin à l’apartheid.

« Les autres nations ont aussi protégé des sud-africains, réfugiés à  une certaine époque et qui se sentaient menacés sur leur propre terre. » a conclu Le Consortium des Réfugiés et des étrangers.

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply