Lenteur dans la délivrance des permis d’études et de travail : L’inquiétude grandit au fil des mois.

La délivrance des permis d’études et de travail continue à tirer en longueur. Et ce en dépit de la promesse faite par le ministère de l'intérieur, Home Affairs, en mars dernier d’accélérer le processus de la délivrance des permis.

La délivrance des permis qui prenait entre quatorze à trente jours aujourd’hui prend trois, quatre, voire six mois ou plus.

La conséquence est que les candidats ne peuvent pas entreprendre ou poursuivre leurs activités normalement sans les permis adéquats, sans compter les comptes bancaires de certains qui ont  été gelés sans ces papiers qui permettent de rester légalement en Afrique du Sud.

"cela fait maintenant cinq mois que j’attends mon permis d’études. J’ai reçu un SMS provenant du ministère de l' Intérieur ( Home Affairs) confirmant que mon dossier avait bien été reçu et qu’il faisait l’objet d’un examen et depuis lors, plus rien. Chaque fois que je repars, on me dit que ce n’est pas prêt, et personne n’est en mesure de me donner une réponse satisfaisante" témoigne un étudiant interrogé.

Selon Rodd Maxwell d’une agence de migration, Migration SA, le ministère de l'intérieur traverse certaines difficultés dans la mesure où ils ne savent pas combien de demandes de renouvellement de permis ont  déjà été traitées à cause de la perte de plusieurs dossiers.

Du côté du ministère de l'intérieur, personne n’a été en mesure d’expliquer clairement cette situation. « Les décisions doivent venir de Pretoria, c’est peut-être la raison de ce retard » rapporte un agent du ministere de l' intérieur à Johannesburg.

Certains soulèvent également un autre problème : « ma demande d’extension de mon permis d’études a été rejetée et ils me demandent d’attendre la lettre qui détaille les raisons du rejet de mon dossier et cela fait maintenant trois mois, je ne sais plus quoi faire ‘ déclare un autre étudiant désespéré ne sachant plus à qui s’adresser.

Rodd Maxwell estime que malheureusement au ministère de l' intérieur, personne ne semble se soucier de ceux qui ont vraiment besoin de leurs permis pour poursuivre leurs activités.

Du côté des banques, toutes ces explications ne semblent pas non plus les intéresser. La seule réponse que reçoivent ceux dont les comptes ont été gelés « sorry, there is nothing we can do» (Nous sommes désolés, nous ne pouvons rien faire pour vous).

Entre temps, l’attente devient de plus en plus insupportable pour ceux qui espèrent une réponse du ministère de l' intérieur.

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply