Les étrangers et l’emploi en Afrique du Sud: Les plus qualifiés se distinguent

Le taux de chômage en Afrique du Sud est  tombé de 24.9% au 4eme trimestre de l’année 2012 contre 25.5%  au 3eme trimestre la même année. Il s’agit là des statistiques les plus récents rendus publics en février dernier par Statistics South Africa.

Même si ces chiffres semblent faire renaitre une lueur d’espoir, plusieurs organisations dans le pays continuent de s’inquiéter du nombre élevé des chômeurs parmi les jeunes sud-africains.

En ce qui concerne les étrangers ayant choisi l’Afrique du Sud comme seconde patrie, trouver du travail au pays de Mandela n’est pas non plus un exercice facile.

Le gouvernement sud-africain, au fil des années, a pris des mesures pour favoriser l’embauche des noirs sud-africains, considérés comme la couche la plus défavorisée.

Les métiers à faible ou moyenne qualification sont ainsi prioritairement accordés aux sud-africains, d’où « South Africans Only » dans certaines offres d’emploi publiées dans les journaux ou sur Internet.

Les étrangers voient ainsi la procédure de l’octroi du permis de travail général rendue plus longue. L’employeur devra prouver qu’il n’a pas pu trouver un sud-africain pour occuper cette position offerte à l’étranger.

 Lorsqu’il s’agit des étrangers qui postulent pour des professions à forte valeur ajoutée ou de ceux qui disposent des qualifications rares, la procédure est plus simple. Ils peuvent postuler pour un « quota work permit » ou encore « exceptional skills permit ».

Les secteurs qui restent encore ouverts aux étrangers sont, notamment les technologies de l’information, l’informatique, l’ingénierie, la médecine vétérinaire, la restauration et le tourisme.

Outre ces professions à forte valeur ajoutée, certaines agences de recrutement sont d’avis que la connaissance parfaite d’une deuxième langue telle que le français ou le portugais pourrait également jouer en faveur de l’étranger à la recherche d’un boulot.

Les compagnies sud-africaines ou étrangères qui traitent avec une clientèle francophone en Europe ou dans le reste de l’Afrique emploient ceux qui maitrisent la langue de Molière, même si certains préviennent quand même que la préférence sera accordée à ceux qui ont une résidence permanente ou qui ont acquis la nationalité sud-africaine.

 

 

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply