Les faux-papiers enfoncent de plus en plus des nombreux immigrés dans l’illégalité

*Vincent, 39 ans se rend dans une agence de transfert d’argent au Nord de Johannesburg récupérer de l’argent envoyé par un membre de sa famille resté au pays. Il attend comme tout le monde, et après environ quarante-cinq minutes d’attente, c’est son tour.

Il s’avance vers le guichet, il présente son passeport muni de son permis de travail et attend impatiemment d’être servi. Cet argent, 1000 dollars américain, soit environ R 7,000 l’aidera à résoudre les problèmes de son épouse malade.

La caissière s’éloigne quelques minutes puis revient et tend le passeport à un Vincent confus : -Désolée monsieur, vous ne pouvez pas recevoir de l’argent, votre permis de travail n’est pas valide, il n’est pas enregistré au ministère de l'intérieur !

Vincent n’est pas le premier à entendre cette phrase. Ils sont nombreux dans les rues de Johannesburg, Cape Town, Durban et autres villes de l’Afrique du Sud à découvrir, après plusieurs mois, voire plusieurs années que le permis d’études ou de travail qu’ils possèdent, est en fait, un faux permis.

Ces immigrés sont malheureusement informés des faux documents qu’ils portent par la banque, lorsqu’ils cherchent à ouvrir des comptes bancaires ou obtenir des crédits, ou encore en revenant d’un voyage.

Là le prix à payer est fort, ces immigrants se voient interdire l’accès au territoire sud-africain et sont rapatriés sans aucune autre forme de procès. Ce phénomène de faux papiers se répand de plus en plus. Et pour cause, la plupart de ces immigrés victimes de faux permis, les obtiennent par le biais des agences d’immigration ou encore par « l’aide » d’un agent qui se dit avoir des « connections » avec le ministère de l' intérieur.

« Au ministère de l' intérieur, les files sont trop longues et nous ne recevons pas toujours les informations nécessaires, c’est pourquoi je préfère recourir aux agences d’immigration » confie un immigré francophone.

Hormis les longues files dont se plaignent les immigrés, il y a également la non disponibilité des agents travaillant au ministère de l'intérieur qui décourage plus d’une personne à se rendre sur place.

Selon Rod Maxwell de South Africa Immigration, SAMI, vous pouvez vous rendre cinq jours différents au ministère de l' Intérieur, poser les mêmes questions et recevoir cinq réponses différentes, au risque d’en sortir plus confus.

En ce qui concerne les agences d’immigration, ce qui reste plus difficile, c’est de savoir laquelle des agences d’immigration est vraiment reconnue par le ministère de l'intérieur.

La plupart des agences d’immigration affiliées au ministère de l' Intérieur se sont regroupées au sein du Forum des Agences d’immigration de l’Afrique du Sud, Forum for Immigration Practitionners South Africa, FIPSA.

D’après Rod Maxwell, la démarche la plus prudente serait de demander à l’agence soit une copie de son certificat d’enregistrement ou encore son numéro d’enregistrement que vous pourrez facilement vérifier à la FIPSA.

Par cette démarche, l’immigré est protégé et saura qui poursuivre en cas de problèmes. Il est plus dangereux de se fier aux individus qui se font passer pour des agents de l’immigration et qui, soit changent de numéro de téléphone ou disparaissent sans laisser des traces.

Une agence d’immigration a pour rôle primordial d’orienter l’immigré dans le choix du permis adéquat. Il le représente également au ministère de  l' Intérieur pour ce qui est de la soumission ou de l’extension du permis.

Sans un permis valide, il est très difficile pour un immigré de poursuivre légalement ses activités. Il vit dans la peur constante d’être arrêté et rapatrié.

Il est à noter que les immigrés se retrouvant en situation irrégulière peuvent payer des frais de pénalités au ministère de l' Intérieur selon le temps passé dans l’irrégularité. Ils risquent également de se faire rapatrier dans leurs pays d’origine.

*Vincent est un nom fictif utilisé afin de préserver l’identité réelle de la personne concernée.

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply