Rentrée des classes: Une nouvelle expérience pour les élèves francophones.

Fini les vacances pour les élèves en Afrique du Sud. Les écoles primaires et secondaires ont ouvert leurs portes aux nouveaux et anciens élèves pour une nouvelle année scolaire.

Une ère nouvelle s’ouvre également pour les jeunes francophones dont les parents, pour des raisons personnelles ou professionnelles, ont décidé de s’installer en Afrique du Sud.

Le nouveau système scolaire, avec comme défi principal la langue, constitue une toute nouvelle expérience pour les élèves francophones.

« J’avais suivi des cours d’anglais quelques mois avant la rentrée des classes mais j’avais quand même du mal à m’habituer ; j’étais tellement frustrée que je parlais à peine en classe » relate Ursule, une camerounaise francophone, qui en est à sa dernière année secondaire.

Dans la plupart des cas, le début  s’est avéré  difficile pour ces élèves. Cependant, chacun a trouvé une méthode pour surmonter les obstacles créés par la langue.

« Je me suis fait des amis blancs dans ma classe ; ils avaient compris mes difficultés et m’ont encouragé  à parler anglais, à comprendre les cours, je me suis senti bien accueilli et c’était parti ! » témoigne Dieudonné Batubenge de la RDC.

Cette expérience n’est pas seulement nouvelle pour les enfants mais également pour les parents.

Selon Aimé Kamanga, un parent francophone, l’un des plus grands défis était de trouver une inscription pour ses filles, ce qui n’était pas gagné d’avance. Certaines écoles publiques déclaraient ne plus être en mesure d’inscrire les nouveaux élèves faute de place.

Les titres de séjour sont également un vrai casse-tête, surtout pour les  enfants dont les parents sont des demandeurs d’asile.

Un autre parent francophone, Isabelle, raconte qu’elle a pu inscrire ses 2 garçons à l’école grâce à l’intervention des organisations de défense des droits de réfugiés.

Pour les enseignants, il s’agit là -aussi d’un exercice assez difficile. Les enfants francophones qui en sont à leur première année d’école en Afrique du Sud ont besoin de plus d’attention que les autres enfants.

« Je pense que la première des choses est de les remettre en confiance, ils sont un peu timides et frustrés de ne pas bien comprendre ce qui se dit en classe » rapporte Tumi, une enseignante sud-africaine qui, l’année dernière avait  reçu dans sa classe 4 enfants francophones.

Les enseignants pensent que la meilleure façon pour un enfant de mieux apprendre l’anglais et de se faire des amis anglophones pour accélérer le processus d’apprentissage de la langue.

Ce début qui est difficile pour les enfants francophones s’avère moins pénible au cours de l’année.

Ces enfants s’adaptent ainsi plus rapidement et deviennent même les professeurs d’anglais des parents.

« Ma petite fille a actuellement 9 ans et en est à sa 2eme année ici en Afrique du Sud, je vous assure qu’elle m’épate, j’ai beaucoup amélioré mon niveau d’anglais grâce à elle et ca me fait plaisir. » déclare fièrement une mère francophone.

 

 

Powered by WPeMatico

Share
This entry was posted in South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply