33ème JME et 17ème TELEFOOD : la ville de KARA à l’honneur


La 33ème édition de la Journée mondiale de la l’alimentation (JMA), couplée de la 7ème édition de l’opération « TELEFOOOD » seront officiellement lancés en différé le 29 octobre prochain à Kara.

C’est ce qu’a annoncé le ministre togolais de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Colonel Ouro-Koura AGADAZI, lors d’une conférence de presse ayant sanctionné samedi dernier, la caravane « TELEFOOD » qui a sillonné quelques grandes artères de la ville de Lomé.

Le commissaire d’Etat togolais aux affaires agricoles était soutenu à cette rencontre de presse par M. Antonio Isaac MONTEIRO, représentant résident du Fonds des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), et M. Mindi LAMBONI, le secrétaire général du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

‘’La sous-alimentation a été réduite de moitié. Le taux est actuellement de 16% contre 32 % précédemment’’, a dans son allocution de circonstance mentionné le ministre AGADAZI.

Le département s’engage à réduire davantage ce taux, de manière à teindre d’ici 5 ans la famine zéro.

La célébration de la JMA a pour thème cette année « Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition ».

Le ministre AGADAZI revient brièvement sur le message véhiculé par ce thème, et présente l’image actuelle de la situation alimentaire au Togo ; c’est à travers l’interview qui suit :

www.africabusiness.com : Monsieur le ministre, en marge de la célébration de la 33ème JMA, une caravane dénommée « opération Telefood » a été organisée. Parlez nous en et dites nous ce que fait le gouvernement togolais pour éradiquer la faim dans le pays

Le ministre AGADAZI : Nous avons organisé cette caravane dénommée « opération Telefood » pour sensibiliser les communautés sur la nécessité de gérer de façon rationnelle les aliments en lien avec la protection de l’environnement. Cette année, la JMA a eu pour thème central  « des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition ». C’est un thème qui situe l’impératif de la gestion rationnelle des aliments et de la protection de l’environnement. Vous savez de partout ailleurs qu’il est mis en place des politiques et des stratégies pour booster la production ; mais cette amélioration ou accroissement de la production doit tenir compte de l’environnement, pour que l’homme retrouve les facultés d’une gestion de l’environnement qui intègre les besoins alimentaires. Au niveau du Togo, il y a eu des efforts qui ont été faits pour assurer la couverture alimentaire au niveau national. Il se trouve qu’on a remarqué depuis un certain temps des comportements qui polluent l’environnement. Donc il est question de sensibiliser les populations sur les effets néfastes du gaspillage au niveau de la consommation. Ça pollue l’atmosphère, ça pollue l’environnement au niveau de nos localités et ça occasionne même des maladies. Vous savez tout récemment que le ministère de la santé a annoncé qu’il se développe une pandémie de choléra. Il va falloir sensibiliser les communautés aussi bien dans les centres villes que dans nos milieux ruraux sur le comportement à adopter pour éradiquer rapidement ce fléau qui risque de créer beaucoup de dégâts au niveau des populations. C’est pour cela nous avons organisé cette caravane en marge de la cérémonie officielle qui aura lieu à Kara le 29 octobre prochain.

www.africabusinesss.com :Est-ce que vous pouvez nous donner une image de la situation alimentaire actuelle du Togo ?

Le ministre AGADAZI : Nous avons enregistré cette année de par les statistiques des excédents en production de céréales. Mais dans la filière des tubercules et des légumineuses, nous avons des excédents remarquables. Cela est dû au fait que le Togo par endroit a connu des inondations et même des sécheresses. La situation n’est nullement alarmante puisque nous couvrons des besoins au point même d’envisager un soutien à apporter aux pays du sahel qui ont été sérieusement touché par des vagues d’inondations et de sécheresses. Donc il n’y a pas d’inquiétudes au niveau national ; la preuve, c’est que vous avez une disponibilité nette des denrées alimentaires au niveau des marchés de consommation ou de production avec des prix accessibles à toutes les bourses. Il faut maintenant se repositionner de concert avec les paysans pour gérer les flux de ces produits, afin qu’ils puissent tirer le maximum de profit de cette situation qui n’est pas alarmante pour le Togo, mais pour la sous région où il est question de mettre en place un certain nombre d’actions pour soutenir les populations des pays du sahel en matière de couverture alimentaire.


This entry was posted in French, Togo News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *