6ème forum ouest africain de bonne gouvernance d’entreprise : ’’ La bonne gouvernance n’est pas une fin en soi. Mais c’est l’améliorationcontinue qui en est la règle’’selon M. KAGLAN K. Sitsopé


« Gouvernance participative pour une Afrique émergente », c’est le thème du 6ème forum ouest-africain de bonne gouvernance d’entreprise qui a lieu à Lomé les 28 et 29 octobre 2013.

Une trentaine de représentants d’entreprises privés et publics de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) sont regroupés dans ce cadre ; ‘’ histoire de se ressourcer sur les fondamentaux d’une bonne gouvernance d’entreprise, facteur indéniable de la croissance économique dans tous pays au monde’’, a indiqué M. Komla Sitsopé KAGLAN , chef de mission du cabinet Afrique Consulting Group,la structure organisatrice de l’événement.

Selon M. KAGLAN, ‘’aucune entreprise ne peut prétendre être à 100 % dans la dynamique de bonne gouvernance d’entreprise’’.
‘’La bonne gouvernance n’est pas une fin en soi. Mais c’est l’amélioration continue qui en est la règle’’, a-t-il soutenu dans une interview, à l’ouverture des travaux de cette assise qui devra aussi permettre le lancement de la demande de certification à l’indice africain de bonne gouvernance d’entreprises.
La définition de la bonne gouvernance ainsi que les intérêts de la certification pour les entreprises sont les principaux sujets au menu de notre entretien avec M. KAGLAN.

Des explications sont à retrouver dans cet entretien qui suit :

Africabusiness.com :Le 6ème forum  ouest africain de bonne gouvernance d’entreprise vient de s’ouvrir et a pour thème « gouvernance participative pour une Afrique émergente » ; peut-on parler de bonne gouvernance à 100% en entreprises

M. KAGLAN Komla Sitsopé :Aucune entreprise ne peut prétendre être à 100 pour 100 dans la dynamique de bonne gouvernance d’entreprise ;
donc il faudra être en jambe, instaurer un esprit de veille en entreprise pour glisser les politiques vers un seuil très élevé en matière de leur couverture. C’est pour ça qu’il faut à chaque instant
revisiter les principes de base pour que les entreprises s’en imprègnent. Ce 6ème forum permet aux entreprises de se ressourcer sur les fondamentaux d’une bonne gouvernance d’entreprise et nous allons profiter de ce forum pour lancer encore une fois la demande de certification à l’indice africain de bonne gouvernance d’entreprises. Déjà, il y a une vingtaine d’entreprises qui sont en évaluation, etdont nous attendons la conclusion très prochainement. Ce forum permettra également aux entreprises de noter les outils essentiels d’une bonne gouvernance d’entreprise qui passent par un bon budget, une bonne planification, un bon audit interne en entreprise. C’est pour ça nous avons retenu des sous-thèmes qui concernent l’audit en interne, le budget, la banque-finance en entreprise, l’efficacité du conseil administration, etc….

Africabusiness.com :Que peut-on entendre concrètement par bonne gouvernance ?

M. KAGLAN Komla Sitsopé :Le champ de la bonne gouvernance est très vaste et très étendu.Comme je viens de le dire, aucune entreprise ne peut prétendre avoir un seuil élevé de bonne gouvernance d’entreprise. La bonne gouvernance n’est pas une fin en soi. Mais c’est l’amélioration continue qui en est la règle.Il faudrait à chaque instant revisiter les principes pour en faire un outil de travail de
tous les jours. Quand nous avons lancé l’évaluation pour l’édition 2010, 2012 et 2013, nous avons vu que les recommandations formulées ont été mises en œuvre. Et c’est ça notre satisfaction. Par exemple, nous avons visité des entreprises où carrément la fonction d’audit interne était inexistante, aucune politique environnementale, aucune qualification et donc, nous avons formulé les recommandations et lorsque nous sommes retournés une année ou 2 années plus tard, nous avons vu que ces recommandations étaient mises en œuvre. C’est ça la satisfaction et  nous souhaitons que les entreprises qui sont déjà engagées dans cette dynamique, puissent être en jambe. Il ne faut pas dormir sur les lauriers, il faut revisiter continuellement les principes de base pour en faire un outil de travail, de gestion pour plus d’efficience, d’efficacité dans le management de l’entreprise. Il est prouvé par tous les experts que la bonne gouvernance d’entreprise est facteur de la croissance économique. Quand les entreprises se portent bien, l’économie aussi se porte bien. Les employés sont payés à temps et la famille est heureuse ; c’est alors qu’on dira « la bonne gouvernance d’entreprise est un facteur de réduction de la pauvreté ».Quand l’entreprise marche bien et arrive à dégager de la valeur, ça permet de satisfaire les parties prenantes.

Africabusiness.com :Comment justifiez vous le choix porté sur le thème de ce forum à savoir « gouvernance participative pour une Afrique émergente » ?

M. KAGLAN Komla Sitsopé :Le thème retenu pour ce 6ème forum, c’est « la gouvernance participative axée sur le résultat » pour qu’on ait une Afrique émergente. Lorsque  vous déployez suffisamment la politique en interne, lorsque vous essayez de tenir des réunions périodiques en entreprise, lorsque vous expliquez aux acteurs la politique initiée en entreprise, les acteurs arrivent à travailler efficacement, etpermettent à l’entreprise d’obtenir de meilleurs résultats.Mais lorsque vous n’adoptez pas une démarche participative, il est difficile aux acteurs de maîtriser le bon fonctionnement des fonctions, et donc,on perd beaucoup de temps, beaucoup d’argent et in fine on obtient moins de résultat. Le thème de ce forum, c’est le meilleur thème pour que l’Afrique soit vraiment une Afrique émergente.

Africabusiness.com : Un mot sur la certification à l’indice africain debonne gouvernance ?

M. KAGLAN Komla Sitsopé :La certification à l’indice africain de bonne gouvernance , c’est une innovation. Une entreprise certifiée n’est pas forcément celle qui a atteint un seuil élevé de bonne gouvernance. Les entreprises sont certifiées à de degrés divers. L’entreprise peut être sur le chemin de la bonne gouvernance, tout comme elle peut être à une zone de tolérance (les politiques sont bien déployées mais les résultats pas au rendez vous),ou dans une zone confortable (et la politique et les résultats suivent le même rythme). Voilà pour montrer les divers degrés de certification, mais cette certification créel’émulation, et elle permet à l’entreprise de se restructurer.


This entry was posted in French, Togo News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *