L’UE annonce un nouveau soutien pour le développement du Burkina Faso


BRUXELLES, Royaume de Belgique, 7 novembre 2013/African Press Organization (APO)/ M. Andris Piebalgs, Commissaire européen chargé du développement, a annoncé lors d’une visite au Burkina Faso l’attribution, pour la période 2014-2020, d’une aide bilatérale au pays pouvant aller jusqu’à 623 millions d’euros (sous réserve de son approbation définitive par le Conseil et le Parlement européen). Le Burkina Faso reste un des 10 pays les moins développés au monde. C’est pour cette raison que la coopération de l’Union européenne avec le Burkina Faso devrait viser la sécurité alimentaire et l’agriculture durable, le renforcement de l’Etat de droit, ainsi que la santé.

L’annonce a été faite par le Commissaire Piebalgs dans le cadre d’une visite conjointe dans la région du Sahel avec le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, la Présidente de l’Union africaine, Dlamini Zuma, le Président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, le Président de la Banque Africaine de Développement, Donald Kaberuka et le Représentant Spécial de l’Union européenne pour le Sahel, M. l’Ambassadeur Michel Reveyrand de Menthon.

Le Commissaire a déclaré à cette occasion: «Je tiens à réitérer notre engagement envers la sécurité et le développement durable et inclusif au Burkina Faso. L’Union européenne est prête à soutenir les efforts du pays pour conduire une croissance équitable, capable d’avoir un réel impact sur le niveau complètement inacceptable de pauvreté de la population. A ce titre, nous devons, ensemble, tout faire pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement et, notamment, combattre les causes profondes de l’insécurité alimentaire.»

Au cours de sa visite, le Commissaire Piebalgs rencontrera le Président du Burkina Faso, M. Blaise Compaoré, ainsi que le Premier Ministre, M. Luc-Adolphe Tiao, afin de discuter des principaux défis auxquels le pays doit faire face, de l’assistance prévue dans le cadre du 11ème Fonds Européen pour le Développement (FED) pour la période 2014- 2020 et de l’inclusion du Burkina Faso dans la stratégie Sahel.

Le Commissaire profitera également de l’occasion pour discuter de la nouvelle initiative “Alliance globale pour l’Initiative Résilience” (AGIR), qui est une stratégie de renforcement de la résilience des populations dans le Sahel dont le Burkina Faso fait partie intégrante.

Une feuille de route a été établie, visant à instaurer des filets de sécurité saisonniers afin de renforcer la résilience des personnes les plus vulnérables dans la région fragile duSahel.

Contexte

Malgré un taux de croissance significatif (8% en 2012), le Burkina Faso demeure affecté par une pauvreté chronique (le tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté) et de profondes inégalités sociales.

La situation du Burkina Faso est particulièrement incertaine, du fait de l´insécurité régionale marquée par la crise au nord du Mali et d’une certaine instabilité globale de la sous-région du Sahel.

Dans le cadre du 10ème FED pour la période 2007-2013, la coopération de l’Union européenne au Burkina Faso s’est concentrée en priorité sur:

• le renforcement des infrastructures de base et l’inter-connectivité;

• l’appui à la bonne gouvernance démocratique et économique;

• l’appui aux secteurs sociaux de base (éducation et santé principalement).

L’aide européenne soutient également de nombreux projets réalisés directement sur le terrain à travers des ONG et organismes multilatéraux, dans les secteurs du développement rural et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

L’Union européenne vient aussi en aide au pays à travers l’aide d’urgence octroyée par ECHO (Bureau d’aide humanitaire de la Commission européenne) dans 3 principaux secteurs d’intervention: santé/nutrition, sécurité alimentaire et assistance aux réfugiés.

L’Union européenne a proposé que le Burkina Faso bénéficie plus directement de la stratégie Sahel, qui a pour but d’aider les pays de la sous-région du Sahel à assurer leur sécurité afin de permettre la croissance économique parallèlement à une réduction de la pauvreté.

Résultats de la coopération de l’UE au Burkina Faso

• L’appui budgétaire global a contribué de manière significative au développement des secteurs de la santé et de l’éducation:

o Le budget de la santé a augmenté de 30% entre 2007 et 2011;

o Le taux d’accouchement assisté est passé de 65% à 82% entre 2008 et

2012 contribuant à diminuer le taux de mortalité des nouveaux-nés et de leurs mères;

o Le taux de scolarisation des filles est passé de 67% à 78% entre 2008 et

2012.

• La proportion de la population ayant accès à l’eau potable est passée de 55% en

2009 à 63% en 2012 pour le milieu rural et de 72% en 2009 à 84% en 2012 pour le milieu urbain;

• 85,000 ménages, soit plus de 500,000 personnes pauvres et vulnérables, ont été soutenus par le programme de sécurité alimentaire de l’UE pour faire face à la crise alimentaire et la flambée des prix.

 

SOURCE

European Commission


This entry was posted in Burkina Faso News, French. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *