Comment les ressources naturelles de l’Afrique peuvent être le moteur d’une révolution industrielle


Un article coécrit par Tony Elumelu et Carlos Lopes, le Secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA)

LAGOS, Nigeria, 27 novembre 2013/African Press Organization (APO)/ Tony Elumelu, entrepreneur, philanthrope et président d’Heirs Holdings Limited (http://www.heirsholdings.com), une société d’investissement panafricaine, soutient qu’une industrialisation responsable basée sur les ressources peut stimuler la croissance économique de l’Afrique, dans un article écrit en collaboration avec Carlos Lopes, Secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

M. Elumelu et M. Lopes font valoir le fait que tandis que les gouvernements doivent impérativement établir des environnements plus propices au commerce, le secteur privé doit quant à lui s’assurer que les riches ressources naturelles de l’Afrique soient mises en valeur de façon à propager la prospérité sur l’ensemble du continent.

Comme on peut le lire dans cet article, la dernière édition du Rapport économique sur l’Afrique (REA 2013) (http://bit.ly/124IUS5) décrit comment l’avenir de l’Afrique va être déterminé par l’élaboration et la mise en œuvre de politiques qui devraient promouvoir une industrialisation basée sur les matières premières. Un cadre de politique et d’investissement d’appui attirera des investisseurs à long terme, mais il sera également essentiel de renforcer les capacités locales et de développer les compétences. Cela entraînera la croissance et la diversification des économies locales, la création d’emplois et la réduction des inégalités.

Cependant, les dirigeants d’entreprises du secteur privé doivent agir davantage afin de lutter contre la pauvreté et de stimuler le progrès social, en s’assurant qu’un ajout de valeur à long terme, ainsi que des gains à court terme, soient intégrés dans leur modèle opérationnel. L’africapitalisme, une philosophie économique mise au point par M. Elemelu, fait la promotion d’une approche centrée sur le secteur privé en matière de développement, et fournit un cadre de collaboration efficace entre les secteurs public et privé et la communauté du développement.

Pour lire la totalité de l’article, veuillez cliquer sur le lien suivant : http://edition.cnn.com/2013/11/20/opinion/africas-natural-resources-industrial-revolution/

 

SOURCE

Heirs Holdings


This entry was posted in French. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *