Promotion du Droit à l’alimentation : la FAO soutient le Togo


Les acteurs publics et privés togolais impliqués dans les questions de sécurité alimentaire dans le pays, y mènent des interventions sans concertation.

Une situation qui est contraire au principe de l’approche intégrée du droit à l’alimentation.

Afin de favoriser la participation avisée de tous ces acteurs à la réalisation du droit à l’alimentation, le gouvernement togolais a initié un projet portant sur  <<  la promotion du droit à l’alimentation et de la bonne gouvernance autour de la sécurité alimentaire >>.

Le dit projet a été lancé ce vendredi par le Col. OURO-KOURA Agadazi, ministre togolais de l’agriculture et de la pêche.

Financé par le Fonds des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à hauteur de 392 000 USD (soit environ 196 millions de FCFA) pour une durée de deux ans, ce projet vise à contribuer à la responsabilisation de tous les acteurs en vue de leur implication effective dans la mise en oeuvre des actions liées au droit à l’alimentation et à la sécurité alimentaire.

Concrètement, il est d’une part question de renforcer la compréhension et d’accroître la prise de conscience des différents acteurs de développement, (notamment le Gouvernement, le parlement, les institutions publiques, les leaders d’opinion, les organisations de la société civile, le secteur privé, les communautés, etc…), sur les enjeux, les défis du droit à l’alimentation et la situation de la sécurité alimentaire du pays, et d’autre part de  promouvoir des actions concertées des acteurs dans ce domaine.

”Le projet dispose d’une fonction catalytique susceptible de favoriser sous le leadership du gouvernement, la mobilisation de tous les acteurs contre le fléau de la faim et de la malnutrition afin que la déclaration des Chefs d’Etats ne soit pas un vain slogan”, a pour sa part indiqué M. Antonio Isaac MONTEIRO, représentant de la FAO au Togo.

Le commissaire du gouvernement aux affaires agricoles, a de son côté relevé le caractère prioritaire que revêt la promotion du droit à l’alimentation et de la bonne gouvernance autour de la sécurité alimentaire, dans le Programme national d’investissement agricole et de la sécurité alimentaire dans le PNIASA, notamment en son sous-programme 5.

Le Droit à l’alimentation constitue une question de Droit de l’Homme à l’instar d’autres droits humains tels que le droit à l’information, à la santé, à l’éducation, etc….

Un faible engagement des acteurs politiques et sociaux à l’égard de ce droit peut porter de sérieuses atteintes au développement d’un pays.

 


This entry was posted in French, Togo News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *