L’Union européenne alloue 179 millions d’ariary pour lutter contre la peste bubonique à Madagascar


ANTANANARIVO, Madagascar, 3 avril 2014/African Press Organization (APO)/ A Madagascar entre Septembre et Décembre 2013, 84 personnes ont contracté la peste et 42 personnes sont décédées. Parmi ces cas rapportés, une soixantaine au moins sont soupçonnés d’être atteints de la peste pulmonaire, souche la plus virulente de cette maladie.

 

En 2013, la saison de la peste bubonique est arrivée plus tôt que d’habitude et avec plus de cas de peste pulmonaire. Les prisons ont été particulièrement touchées à cause de la surpopulation et l’infestation de rongeurs. Le ministère de la Santé à Madagascar rapporte entre 300 et 600 cas de peste bubonique chaque année, généralement entre Octobre et Mars.

 

Selon le ministère de la Santé, la peste bubonique a été détectée dans cinq des 112 districts du pays et plus particulièrement à Mandritsara, SoanieranaIvongo, Ikongo, Manjakandriana et Tsiroanomandidy. Mandritsara a été la région la plus touchée avec 20 décès enregistrés en une seule semaine début de Décembre.

 

Une campagne d’extermination est en cours pour lutter contre tous les foyers d’infection à laquelle l’Union européenne contribue à hauteur de 179 millions d’ariary (55.774 euros). Dans les zones rurales à risque élevé, les activités nécessaires au contrôle des vecteurs d’infection comme la mobilisation sociale et l’éducation de la population, ainsi que le nettoyage des villages. Près de 33.125 personnes vont bénéficier de cette intervention.

 

L’aide de l’Union européenne sera utilisée pour les campagnes de sensibilisation à la santé et à l’hygiène communautaire, la formation de bénévoles à la surveillance active et au transfert des cas graves vers les structures appropriées. Cette intervention est mise en place par la Croix-Rouge.

 

Contexte:

L’Union européenne finance la Fédération internationale des Sociétés de la Croix -Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) pour répondre aux crises humanitaires de petite ampleur (DREF – fonds de secours d’urgence). Ces fonds sont principalement attribués aux catastrophes de petite ampleur qui ne donnent pas lieu à un appel de fonds international. Ce fonds peut être régulièrement réalimenté par les bailleurs de fonds.

 

SOURCE

European Commission


This entry was posted in French, Madagascar News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *