Faciliter la circulation des biens et services en Afrique est un enjeu essentiel, selon DHL


Un thème de discussion stratégique à l’occasion du 24ème forum économique mondial sur l’Afrique

 

LE CAP, Afrique du Sud, 15 mai 2014/African Press Organization (APO)/ Lors du 24ème forum économique mondial sur l’Afrique, les hauts dirigeants planétaires ont notamment débattu de la nécessité d’instaurer une libre circulation des talents et des marchandises à travers l’Afrique, afin de renforcer les activités de façon significative et dynamiser les échanges intra-africains sur le continent.

Charles Brewer, directeur général de la branche Afrique sub-saharienne de DHL Express

 

Ce sentiment est notamment partagé par Charles Brewer, directeur général de la branche Afrique sub-saharienne de DHL Express (http://www.dpdhl.com), qui a assisté à ce colloque organisé à Abuja, au Nigeria, du 7 au 9 mai 2014. « Un consensus collectif se dessine entre les dirigeants africains sur le thème de la mobilité en Afrique, ainsi que sur l’importance de rendre plus efficaces les formalités aux frontières et les politiques de visas. Nous observons un bon suivi en particulier en Afrique de l’est et il est impératif de continuer à travailler sur les environnements frontalier et douanier en vue d’étendre le commerce intra-africain », a déclaré M. Brewer.

 

Celui-ci a par ailleurs précisé que le forum s’était déroulé dans un climat de croissance soutenue au Nigeria, lequel a récemment détrôné l’Afrique du Sud en tant que première économie d’Afrique, engendrant un nouveau surcroît d’intérêt pour les investissements dans ce pays. « L’Afrique figure clairement sur l’agenda mondial. En dépit des questions d’ordre sécuritaire, les représentants délégués et chefs d’État de toutes les parties du monde se sont réunis à Abuja pour débattre de la croissance inclusive en Afrique », a-t-il déclaré.

 

L’une des visions stratégiques exprimées par un certain nombre de dirigeants africains durant ce forum a concerné la nécessité de recourir à une approche proactive de l’administration des frontières afin de stimuler les échanges entre les différentes régions. La mise en place d’un environnement favorable à une intensification plutôt qu’à une obstruction de l’activité sur le continent a également été évoquée par les différentes parties prenantes.

 

Reconnaissant que la facilitation des déplacements et la mobilité des talents étaient des facteurs incontournables pour l’intégration et le développement de la région, le Président du Rwanda Paul Kagame, le Président du Kenya Uhuru Kenyatta, ainsi que le Premier ministre du Mali Moussa Mara, ont unilatéralement signé l’Appel à l’action pour la facilitation des voyages et la mobilité des talents, qui exhorte les États africains à œuvrer communément à la mise en place de règles communes et à l’élimination des obstacles à la circulation des personnes.

 

M. Brewer a ajouté qu’il était également positif de constater que les petites et moyennes entreprises (PME) étaient de plus en plus souvent reconnues comme le principal moteur de la croissance économique en Afrique et qu’elles étaient soutenues à travers tout le continent. « Un tissu croissant de PME créera des centaines de milliers de nouveaux emplois, ce qui est absolument indispensable pour ce continent en pleine expansion, car il s’agit d’un facteur essentiel pour garantir une croissance économique durable ».

 

Entré sur le marché africain en 1978, DHL Express a été témoin du développement économique du continent jusqu’à son niveau actuel, ainsi que des opportunités en pleine évolution offertes aux dirigeants de PME et aux entrepreneurs. « Le Nigeria, par exemple, devait auparavant sa richesse à la rente de l’industrie pétrolière et gazière, mais aujourd’hui, il représente un pôle économique prospère dans des secteurs aussi diversifiés que la finance, le commerce de détail, les télécommunications, ou encore son industrie cinématographique en rapide expansion, Nollywood. Les secteurs en plein essor offrent une multitude d’opportunités aux propriétaires d’entreprises désireux de miser sur le développement et la croissance économique du continent », a déclaré M. Brewer.

 

Il a en outre ajouté qu’il serait difficile d’ignorer les possibilités nées de l’émergence de la classe moyenne en Afrique. « L’état d’esprit et les préférences des consommateurs africains évoluent dans le sens où ils cherchent de plus en plus à avoir accès aux nouveaux marchés, ce qui ne peut que générer davantage d’opportunités à la fois pour les entreprises locales et internationales ».

 

Cela étant, M. Brewer souligne que les PME sont confrontées à de nombreux défis liés aux infrastructures, ainsi qu’aux formalités et aux contrôles frontaliers : « Le fait que les dirigeants mondiaux aient pris acte de ces problèmes et qu’ils se soient engagés à atténuer les difficultés rencontrées ne peut que laisser augurer la poursuite du développement commercial futur et de la réussite du continent ».

 

Il a notamment insisté sur l’engagement pris par le gouvernement chinois d’œuvrer prioritairement en faveur du renforcement des infrastructures en Afrique, une étape nécessaire pour développer les connectivités et promouvoir les échanges entre les différentes régions.

 

« Les infrastructures sont vitales pour interconnecter les régions et les progrès réalisés dans ce domaine feront croître le nombre d’investissements en Afrique de façon exponentielle, créant encore plus d’opportunités pour ses peuples », estime M. Brewer.

 

Selon lui, la garantie d’un commerce durable sur les marchés internationaux et le renforcement des échanges intra-africains sont requis pour soutenir la progression du continent. « Si l’Afrique est amenée à entrer en compétition avec les pays avancés, des investissements sont nécessaires pour faciliter le commerce et la conduite des affaires. Nous quittons cette réunion sur un sentiment positif, en constatant que des dirigeants influents du monde des entreprises, des gouvernements, de la société civile et du milieu universitaire partagent tous une vision similaire quant à la facilitation du commerce sur le continent », a conclu M. Brewer.

 

SOURCE

Deutsche Post DHL


This entry was posted in French. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *