Le Nigéria a le potentiel de devenir une puissance économique majeure dans les prochaines décennies


L’économie nigériane pourrait croître d’environ 7,1 % par an jusqu’en 2030, selon un nouveau rapport de McKinsey

 

LAGOS, Nigéria, 24 juillet 2014/African Press Organization (APO)/ On ne peut occulter les difficultés auxquelles le Nigéria doit faire face. La presse mondiale se fait régulièrement l’écho des inquiétudes liées au terrorisme et des difficultés du pays à endiguer la pauvreté.

Mais une autre facette du Nigéria a été éclipsée par les récents gros titres ainsi que par la persistance de conceptions et suppositions dépassées sur l’économie nigériane. Un nouveau rapport du McKinsey Global Institute (MGI) (http://www.mckinsey.com/mgi) et du bureau de McKinsey au Nigéria (http://www.mckinsey.com), intitulé Nigeria’s renewal: Delivering inclusive growth in Africa’s largest economy, s’est penché sur le potentiel économique du pays et en a conclu qu’avec les bonnes réformes et les bons investissements, le pays était en mesure de devenir l’un des poids lourds de l’économie mondiale d’ici 2030.

Télécharger le rapport : http://mckinsey.com/insights/africa/nigerias_renewal_delivering_inclusive_growth

Reinaldo Fiorini, directeur associé senior et directeur général du bureau de McKinsey au Lagos

Depuis 1999, le Nigéria a démontré sa stabilité politique et économique. De nouvelles données publiées cette année en font la première économie d’Afrique (1), et c’est également  le pays africain le plus peuplé. Ces données montrent en outre que l’économie nigériane est beaucoup plus diversifiée que l’on ne le pensait. Si les riches réserves pétrolières nationales restent une source cruciale de revenus et d’exportations pour le gouvernement, le poids de l’ensemble du secteur des ressources naturelles a été ramené à 14 % du PIB. L’agriculture et le commerce sont aujourd’hui les secteurs les plus développés et ceux affichant la plus forte croissance. Autre fait en général méconnu, la productivité nigériane a récemment progressé et, même si elle reste faible, elle contribue à présent davantage à la croissance du PIB que la poussée démographique.

 

« Les extraordinaires atouts du Nigéria pour la croissance future passent souvent inaperçus, notamment un vaste marché de consommation, une situation géographique stratégique et une population jeune à l’esprit d’entreprise très aiguisé » souligne Reinaldo Fiorini, directeur associé senior et directeur général du bureau de McKinsey au Lagos. Les fruits des progrès réalisés par le Nigéria, n’ont toutefois pas été équitablement répartis dans l’ensemble de l’économie. Plus de 40 % des Nigérians vivent encore sous le seuil de pauvreté fixé par le pays et 130 millions d’entre eux (74 % de la population) vit sous le seuil d’Empowerment du MGI (2), qui correspond à un niveau de revenus et d’accès aux services essentiels permettant de vivre décemment.

 

La faible productivité agricole, imputable à un accès limité aux engrais et outils mécanisés, et l’inefficience des marchés figurent parmi les principaux facteurs expliquant la persistance de la pauvreté au Nigéria. Qui plus est, l’urbanisation n’a pas fait progresser les revenus aussi vite que dans d’autres économies en développement. Le faible niveau de création d’emplois formels et de développement des compétences dans les villes nigérianes n’a en effet pas permis de doper la productivité de secteurs urbains comme l’industrie, qui est inférieure à celle de l’agriculture.

 

Se tournant vers l’avenir, le rapport estime que l’économie nigériane pourrait croître d’environ 7,1 % par an jusqu’en 2030, faisant grimper le PIB à plus de 1 600 milliards de $. Le Nigéria se hisserait alors parmi les 20 premières économies mondiales, avec un PIB supérieur à celui des Pays-Bas, de la Thaïlande ou de la Malaisie en 2030. Par ailleurs, on assiste à l’émergence d’une large catégorie de consommateurs qui pourrait compter 160 millions de personnes d’ici 2030, soit davantage que la population actuelle de la France et de l’Allemagne réunies.  Cette hypothèse haute repose sur une analyse du potentiel des cinq grands secteurs économiques du Nigéria, à savoir :

 

–         Le commerce. Grâce à la montée en puissance de cette catégorie de consommateurs, le MGI estime que la consommation pourrait plus que tripler, passant de 388 milliards de $ par an aujourd’hui à 1 400 milliards de $ par an en 2030, soit une hausse annuelle d’environ 8 %. Le commerce deviendrait alors le principal moteur de l’économie et offrirait d’excellents débouchés aux fabricants de produits de consommation courante, comme les jus de fruits, dont le taux de croissance annuel pourrait dépasser 10 %.

 

–         L’agriculture. En procédant à des améliorations sur plusieurs fronts, il est possible d’accroître la production agricole en volume et en valeur au cours des 15 prochaines années. Ce secteur, le plus important aujourd’hui, équivaut à 22 % du PIB. Il pourrait plus que doubler, passant de 112 milliards de $ par an en 2013 à 263 milliards d’ici 2030 si on (1) améliore les rendements en utilisant davantage d’engrais, de semences et de matériel agricole mécanisé ; (2) privilégie les cultures les plus lucratives ; (3) élargit les surfaces cultivées ; (4) réduit les pertes après récolte ; (5) élève davantage de bétail et (6) accroît la production des exploitations forestières ainsi que des pêcheries.

 

–         Les infrastructures. En moyenne, les infrastructures économiques de base du pays, à savoir les routes, les chemins de fer, les ports et le réseau électrique, pèsent 70 % du PIB. Au Nigéria, elles ne représenteraient qu’entre 35 et 40 % du PIB, selon les estimations. Le pays compte ainsi sept fois moins de routes par km que l’Inde. Rapporté à sa population, il dispose également d’un tiers de logements en moins et de six fois moins de surfaces commerciales que l’Indonésie. Les investissements dans les infrastructures économiques de base et l’immobilier au Nigéria pourraient atteindre 1 500 milliards de $ entre 2014 et 2030. Ce secteur deviendrait alors le premier contributeur au PIB, mais aussi un catalyseur de croissance pour l’ensemble de l’économie.

 

–         L’industrie. Au Nigéria, l’industrie reste à un stade de développement relativement peu avancé : en 2013, sa contribution au PIB s’est limitée à 35 milliards de $, soit environ 7 % du PIB. Ce secteur affiche toutefois une forte croissance depuis quelques années, avec une production annuelle en hausse de 13 % entre 2010 et 2013.  S’il continue à progresser à ce rythme, la production pourrait quadrupler d’ici 2030 pour atteindre 144 milliards de $ par an, soit un taux de croissance annuel de 8,7 %. L’industrie de transformation locale (produits de consommation courante, par exemple) et la fabrication de produits de base resteraient les plus grands secteurs manufacturiers au Nigéria.

 

–         Le pétrole et le gaz. Même si la croissance de ce secteur ne devrait pas excéder 2,3 % dans le meilleur des cas, son succès reste vital pour l’économie nigériane.

 

En mettant en place les bonnes réformes, la production de liquides pourrait passer de 2,35 millions de barils par jour en moyenne à un nouveau record de 3,13 millions de barils par jour en 2030, contribuant ainsi au PIB à hauteur de 22 milliards de $ d’ici 2030. La production de gaz naturel pourrait augmenter à concurrence de 6 % par an, injectant 13 milliards de $ dans le PIB d’ici 2030. Globalement, la contribution du secteur du gaz et du pétrole au PIB pourrait atteindre 108 milliards de $ par an d’ici 2030, alors qu’elle n’était que de 73 milliards de $ en 2013. Cela implique toutefois que le secteur réussisse à lever les obstacles actuels entravant sa croissance, comme la sécurité, et soit en mesure d’attirer de nouveaux investissements.

 

Si le Nigéria réussit à mieux conjuguer croissance et réduction de la pauvreté, 70 millions de citoyens pourraient sortir de la pauvreté et 120 millions disposer de ressources suffisantes pour atteindre le seuil d’Empowerment. Nous estimons que, dans le scénario le plus favorable, chaque pour cent de croissance du PIB ferait baisser la pauvreté de 0,20 %, un taux à mi-chemin entre celui du Brésil (0,15 %) et du Ghana (0,25 %).

 

La capacité du pays à accroître le niveau de vie dans l’ensemble de l’économie reste toutefois subordonnée à la progression des revenus agricoles et à la création d’un plus grand nombre d’emplois urbains formels. Il appartiendra également au gouvernement de prendre des mesures, notamment revoir les droits de douane qui renchérissent le coût des denrées alimentaires importées et réorienter les dépenses publiques nécessaires vers les programmes permettant d’être économiquement autonome.

 

Si le gouvernement a défini des stratégies et des plans clairs pour différents secteurs, la mesure la plus importante qu’il puisse prendre aujourd’hui est d’améliorer sa capacité à mettre en œuvre ses programmes et services. Ceux-ci prennent différentes formes comme le versement de prestations offrant un filet de sécurité aux plus défavorisés, mais ciblent également la santé, l’éducation et les infrastructures. Le Nigéria est à la traîne d’autres économies sur des indicateurs tels que mortalité infantile et alphabétisation. Seuls 66 % des 15-24 ans maîtrisent les compétences de base en lecture et en écriture, un indicateur clé des perspectives de développement économique, contre 99 % en Afrique du Sud. Le Nigéria aurait donc tout intérêt à adopter les meilleures pratiques mondiales en matière de mise en œuvre des services publics. Ces pratiques consistent notamment à sélectionner des dirigeants compétents ayant les moyens d’agir, à accroître la pression sur les ministères et organismes publics en matière de performance, à créer des « cellules de mise en œuvre » (équipes pluridisciplinaires dédiées travaillant de concert avec les différentes entités publiques) et à collaborer avec le secteur privé ainsi que d’autres parties prenantes.

 

Le Nigéria est également bien placé pour mettre à profit plusieurs tendances favorables, dont l’accroissement de la demande d’énergie dans les économies émergentes, la hausse de la demande mondiale de ressources naturelles et l’expansion de l’économie numérique. Il peut en outre s’appuyer sur une population jeune et en forte croissance, ainsi que sur sa situation géographique avantageuse en Afrique occidentale, qui lui permet de commercer avec l’ensemble de l’Afrique, mais aussi avec l’Europe et le continent américain.

 

Acha Leke, directeur associé senior au bureau McKinsey du Nigéria

« En jouant sur ses atouts et en se positionnant de façon à tirer parti des tendances mondiales émergentes, le Nigéria pourrait tripler son PIB d’ici 2030 » affirme Acha Leke, directeur associé senior au bureau McKinsey du Nigéria. « Les ingrédients d’une croissance qui profite à tous sont réunis : c’est une opportunité à ne pas rater. »

 

(1) En Avril 2014, le gouvernement a commencé à communiquer des données « rebasées »  indiquant que le PIB que s’était établi à 454 milliards de $ en 2012 et à $510 milliards de $ en 2013 (contre 259 milliards de $ et 270 milliards de $ respectivement selon les données précédemment communiquées).

 

(2) Le seuil d’Empowerment du MGI a été créé pour définir un niveau de vie correct permettant d’être économiquement autonome, plutôt qu’un simple niveau de subsistance. Cet indicateur correspond au revenu nécessaire pour satisfaire huit besoins primaires des ménages (nourriture, énergie, logement, eau potable, assainissement, santé, éducation et sécurité sociale).

 

A propos du McKinsey Global Institute (MGI)

 

Créé en 1990, le McKinsey Global Institute (MGI) (http://www.mckinsey.com/mgi) est un centre d’études indépendant qui, au sein de McKinsey & Company, conduit un effort de recherche permanent destiné à analyser les mécanismes de l’économie mondialisée. Il a vocation à aider les décideurs, privés comme publics, à mieux comprendre les forces à l’œuvre dans la transformation de l’économie mondiale, les mécanismes d’amélioration de la performance des entreprises ou les fondements de politiques publiques plus efficaces à l’échelle nationale comme internationale.

 

Le MGI présente l’originalité de conjuguer l’expérience du monde de l’entreprise d’un cabinet de conseil aux directions générales et la rigueur de la démarche universitaire pour apporter une base de réflexion factuelle au débat public. Ses membres sont recrutés, pour l’essentiel, parmi les consultants du cabinet, qui se consacrent pendant six à douze mois à un projet de recherche, auquel sont également associés des économistes et des universitaires de renom. Si vous souhaitez davantage d’informations sur le MGI et télécharger des rapports, rendez-vous sur notre site internet http://www.mckinsey.com/mgi.

 

McKinsey & Company au Nigéria

 

Depuis 2002, McKinsey (http://www.mckinsey.com) a joué un rôle actif pour tirer la croissance et accélérer le développement du Nigéria. Le bureau ouvert à Lagos en 2010 a réalisé plus de 200 projets dans le pays et travaillé pour un large éventail d’entreprises privées locales, de multinationales, d’entreprises publiques, et pour le secteur public.

 

SOURCE

McKinsey & Company, Inc.


This entry was posted in French, Nigeria News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *