Le secteur africain de l’énergie, qui connait actuellement des changements radicaux, exige des acteurs de l’industrie qu’ils adoptent une nouvelle approche


Le secteur énergétique mondial fait actuellement l’objet de bouleversements qui sont en partie dus au développement de nouvelles sources d’énergie non conventionnelles, telles que le gaz de schiste, le pétrole de réservoirs étanches, le gaz de charbon et les sables bitumineux.

Télécharger le Livre blanc : http://goo.gl/G2ADfp

Par voie de conséquence, les responsables logistiques se voient obligés de repenser les modèles traditionnels de la chaîne d’approvisionnement en énergie et de mettre en œuvre une approche fortement intégrée, afin de réduire les coûts logistiques et d’améliorer les marges bénéficiaires. Tel est l’avis de DHL (http://www.dpdhl.com), le premier fournisseur logistique mondial, qui a publié un Livre blanc sur la dynamique, les défis et les opportunités qui façonnent actuellement le secteur de l’énergie.

Jonathan Shortis, vice-président du secteur énergie EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) du département Solutions client et Innovations chez DHL, estime que le besoin et le désir d’explorer de nouveaux territoires et de développer de nouvelles technologies permettant une extraction de réserves de gaz non conventionnels deviennent de plus en plus manifestes. « Tandis que la croissance dans le secteur de l’énergie conventionnelle oscille actuellement autour de 1 à 2 pour cent par an, le segment des énergies non conventionnelles est en plein essor. »

Selon le rapport Energy Outlook 2030 du groupe pétrolier BP, la production de gaz de schiste devrait être multipliée par 3, et la production de pétrole de réservoirs étanches par 6 d’ici 2030. Néanmoins, contrairement aux pétroles classiques, l’extraction non conventionnelle nécessite des investissements continus et plus élevés.

S’agissant du secteur énergétique africain, M. Shortis estime que l’exploration et la production pétrolières et gazières ont fortement augmenté sur le continent au cours des dernières années. « Aucun signe ne permet d’anticiper un ralentissement de l’activité d’exploration en Afrique et le continent devrait poursuivre son développement, étant donné que son attractivité en tant que lieu d’investissement pour le secteur ne cesse d’augmenter, en raison des ressources inexploitées et des possibilités de nouvelles découvertes. »

M. Shortis ajoute toutefois que comme dans beaucoup d’autres parties du monde, le développement des réserves non conventionnelles dans la région en est encore à ses balbutiements. « Bien que certains pensent que les réserves de régions telles que l’Afrique du Nord (le Maroc, l’Algérie et la Libye) et l’Afrique du Sud sont considérables, très peu d’avancées n’ont eu lieu jusqu’à présent. »

Le Livre blanc explique qu’en raison de l’évolution actuelle des régions en termes de production d’énergie et de demande, les entreprises du secteur de l’énergie doivent adapter leur approche de la gestion de la chaîne logistique.

M. Shortis explique que du point de vue de la chaîne d’approvisionnement, les entreprises du secteur de l’énergie conventionnelle et non conventionnelle doivent aujourd’hui faire face à toute une série de défis fascinants.

« Les chaînes d’approvisionnement au service du marché de l’énergie conventionnelle sont encore en pleine évolution, étant donné que les entreprises ont dû se développer dans des zones de plus en plus inaccessibles et éloignées pour soutenir la croissance de la demande mondiale.

Dans ces régions, l’énergie conventionnelle se voit confrontée aux mêmes défis que l’énergie non conventionnelle, à savoir la nécessité de créer et d’entretenir une infrastructure robuste capable de soutenir la production dans des zones éloignées et/ou sous-développées. »

M. Shortis souligne que les dirigeants nommés dans le Livre blanc admettent que les entreprises du secteur de l’énergie sont continuellement aux prises avec la complexité de la chaîne d’approvisionnement et doivent en outre faire face à un manque de visibilité et de prévisibilité lorsqu’ils travaillent avec de nombreuses parties prenantes sur de multiples sites de forage.

« Pour résoudre ce problème, les grandes entreprises adoptent un modèle qui repose sur la chaîne d’approvisionnement de bout en bout ; pour ce faire, elles mettent en œuvre une solution intégrée, guidée par les données et reliant toutes les parties prenantes de la chaîne. Cette solution conjugue visibilité et analyse de pointe avec une gestion des processus liée aux meilleures pratiques afin d’obtenir des résultats concrets », conclut M. Shortis.

Le Livre blanc, intitulé « Building the smarter energy supply chain » (construire une chaîne d’approvisionnement plus intelligente) résulte de travaux de recherche menés par Lisa Harrington, directrice adjointe du Supply Chain Management Center de l’école de commerce Robert H. Smith School of Business de l’université de Maryland. Pour consulter le rapport complet, veuillez cliquer ici : http://goo.gl/G2ADfp

DHL – Le Groupe de Transport et Logistique Mondial

Leader mondial des secteurs de la logistique, de la messagerie et des livraisons express, DHL (http://www.dpdhl.com)  est « Le Groupe de Transport et Logistique Mondial ». Le groupe DHL met au service de ses clients ses compétences dans le domaine du courrier international, de la livraison de paquets nationaux et internationaux, du fret aérien et maritime ainsi que du transport routier et ferroviaire. Il leur propose également des solutions contractuelles et de commerce électronique d’un bout à l’autre de la chaîne d’approvisionnement. DHL bénéficie d’un réseau mondial couvrant plus de 220 pays et territoires et emploie près de 315 000 personnes à travers le monde, ce qui lui permet de proposer à ses clients une qualité de service supérieure et une connaissance du marché local, afin de satisfaire leurs exigences en matière de chaîne d’approvisionnement. DHL accepte sa responsabilité sociale en soutenant la protection de l’environnement, la gestion des catastrophes et l’éducation.

DHL fait partie du groupe Deutsche Post DHL. En 2013, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 55 milliards d’euros.

Pour tout complément d’information : www.dpdhl.com

SOURCE

Deutsche Post DHL

French


This entry was posted in French, South Africa News. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *