APRES 4 ANNEES DE PROJET, LE BURKINA FASO JOUIT DESORMAIS D’UNE CARTOGRAPHIE REMISE A JOUR


En 2011, IGN France International avait remporté un appel d’offre lancé par l’Union Européenne visant à remettre à jour la cartographie de base du Burkina Faso.

Mené de 2011 à 2015, ce projet a consisté à actualiser l’ensemble de la couverture cartographique à l’échelle du 1.200 000ème sur l’ensemble du territoire.

Cette dernière, qui n’avait pas été remise à jour depuis 50 ans environ, ne reflétait plus la réalité des évolutions du pays. En 50 ans, en effet, de nouveaux barrages, de nouvelles routes avaient fait leur apparition, sans compter les extensions urbaines, la modification des périmètres forestiers ou agricoles ou les phénomènes liés aux changements climatiques qui avaient pu modifier les zones d’agriculture, d’élevage ou de forêt.

Toutes ces modifications doivent apparaître sur les nouvelles cartes.

Le projet dans son ensemble s’est articulé autour de 4 phases principales :

    Une première phase d’acquisition de données (images satellites) et d’assistance au lancement d’appel d’offres visant à acquérir les équipements nécessaires à ce projet.

    Une phase de mise en place méthodologique, d’identification de compétences, de mobilisation des équipes, et de formation théorique.

    Une troisième phase de production et d’assistance technique. On notera ici, comme dans la plupart des projets conduits par IGN France International, que 100% de la production a été réalisé sur place dans les locaux réhabilités de l’IGB, l’Institut Géographique du Burkina. Par ailleurs, il faut souligner qu’une importance particulière a été apportée à la toponymie car certains noms de villages ou de lieux-dits avaient été dans les années 60 francisés ou retranscrits phonétiquement.

    Et enfin, une dernière phase visant à mettre en valeur auprès des futurs utilisateurs le travail entrepris et la valeur ajoutée d’un tel projet.

    Cette nouvelle cartographie était évidemment très attendue des professionnels de nombreux secteurs qui souffraient jusqu’à présent de ne pas pouvoir utiliser dans leur prise de décision quotidienne, des données fiables et interopérables. Aujourd’hui donc, les professionnels des secteurs de l’environnement, des transports, de l’urbanisme, de la gestion de l’eau, de l’exploitation agricole et forestière, et de nombreux autres secteurs en lien avec le développement économique et social du pays peuvent bénéficier d’un référentiel cartographique commun et cohérent qui permettra l’échange, la mutualisation et l’intégration des données et informations de sources diverses.

    Une cérémonie de clôture du projet s’est déroulée le 19 février 2015. Celle-ci s’est articulée autour de trois rendez-vous marquants :

      L’inauguration de l’exposition mettant en avant les principaux résultats du projet.

      Un séminaire d’échange des principaux résultats du projet.

      Une cérémonie officielle de clôture s’est déroulée ce même jour à l’IGB.

      Ces activités ont été placées sous la présidence de Monsieur le Ministre des Infrastructures du Désenclavement et des Transports, et le parrainage de son Excellence Monsieur l’Ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union européenne.

      On se souvient aussi qu’en janvier 2014, une première cérémonie officielle avait eu lieu à l’occasion de la remise des treize premières cartes en présence du Président de l’Assemblée Nationale et du Chef de Délégation de l’Union Européenne. Cet événement avait rassemblé une centaine de participants parmi lesquels des représentants du gouvernement, des forces armées et des secteurs public et privé du pays. Après les allocutions du Chef de Délégation de l’UE et du Ministre de tutelle, le Directeur Général de l’IGB avait présenté les nouvelles cartes en les comparant avec les anciennes cartes des années 60, permettent ainsi d’appréhender les dynamiques territoriales à l’œuvre.

      Pour conclure, on rappellera qu’IGN France International s’est déjà illustrée dans des projets similaires, en réalisant, en transfert de compétences, les cartographies du Sénégal, du Mali (en cours de réalisation) et du Bénin, dont le projet vient de débuter.

      Source: www.ignfi.com


      This entry was posted in Burkina Faso News, French. Bookmark the permalink.

      Leave a Reply

      Your email address will not be published. Required fields are marked *