Déclaration d’une mission du FMI au terme de sa visite en Côte d’Ivoire


Une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par M. Michel Lazare, sous-directeur au département Afrique du FMI, a séjourné à Abidjan du 9 au 25 septembre 2015 dans le cadre des discussions relatives à la huitième et dernière revue du programme économique et financier du gouvernement ivoirien appuyé par un accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC).[1]Les discussions ont porté sur les développements économiques récents, les perspectives de croissance et les réformes structurelles visant à assurer une viabilité à long terme des finances publiques et à renforcer le secteur financier.

A l’issue de la mission, M. Lazare a fait la déclaration suivante :

« Les discussions relatives à la huitième revue du programme soutenu par la FEC ont permis aux autorités ivoiriennes et à l’équipe du FMI d’aboutir à un accord provisoire. Sous réserve de son approbation par la Direction générale et le Conseil d’administration du FMI, les politiques économiques et financières du gouvernement ivoirien pourraient être soutenues par un décaissement de 48,78 millions de Droits de tirages spéciaux (environ 68,45 millions de dollars ou 41 milliards de Francs CFA). La réunion du Conseil d’administration du FMI est prévue pour le début du mois décembre.

« Les performances macroéconomiques durant la première moitié de 2015 sont demeurées bonnes, avec une inflation modérée et une croissance forte de l’activité économique. L’exécution budgétaire a été également satisfaisante, avec des recettes budgétaires supérieures aux objectifs et des dépenses plus élevées qu’attendues en raison de l’accélération dans l’exécution des projets d’investissement. Les dépenses pro pauvres ont dépassé le montant prévu. Tous les critères de performance et repères indicatifs retenus pour fin juin 2015 dans l’accord au titre de la FEC ont été respectés. »

«Des progrès significatifs ont été réalisés dans la mise en œuvre des réformes structurelles, plus particulièrement l’achèvement du paiement des arriérés intérieurs audités, le remboursement à bonne date des crédits de TVA, la cession des parts de l’Etat dans une des banques ivoiriennes et l’annonce de la privatisation d’une banque publique. La mission félicite les autorités d’avoir pris des mesure fortes afin de consolider la situation financière du secteur de l’électricité et accueille favorablement l’intention des autorités d’achever l’audits en cours des entreprises du secteur pétrolier dont la situation financière s’est aggravée en raison de la chute des prix mondiaux du pétrole et de la hausse du dollar des Etats-Unis. »

« Les perspectives macroéconomiques pour 2015 et à moyen terme sont positives. Les estimations du rythme de croissance du PIB réel ont été revues à la hausse pour atteindre 8.4%  à la fois en 2015 et en 2016 avec une inflation modérée. Le  déficit budgétaire projeté devrait s’améliorer pour se situer à 3.5 % du PIB en 2016 (contre 3.7 % en 2015). Atteindre cette forte performance dépendra en partie du fait que l’environnement externe de la Côte d’Ivoire demeure favorable et que l’investissement du secteur privé croisse de manière durable, notamment les grands projets de partenariat public privé. Elle dépendra également d’une gestion prudente des finances publiques et de la dette et d’un suivi attentif des risques budgétaires. »

« L’équipe accueille favorablement la finalisation prochaine du Plan National de Développement (2016-2020) qui expose la stratégie du gouvernement visant à faire de la Côte d’Ivoire une économie émergente d’ici 2020. »

« A moyen terme, l’équipe encourage les autorités à poursuivre la réduction du déficit budgétaire pour mieux se prémunir des risques budgétaires potentiels. Elle encourage également les autorités à approfondir les progrès accomplis dans le climat des affaires et à accélérer la mise en œuvre de la stratégie de réforme du système financier, y compris en prenant des mesures urgentes pour restructurer les banques publiques. Enfin, elle appelle à l’achèvement des audits portant sur les dépenses extrabudgétaires et les contrats de marchés publics datant d’avant 2011. »

L’équipe encourage vivement les autorités à mettre en œuvre leurs projets de renforcement des statistiques économiques. Elle accueille favorablement l’intention du gouvernement de renforcer les procédures de budgétisation, d’exécution et de contrôle des dépenses publiques en réduisant l’utilisation des procédures exceptionnelles.

« L’équipe du FMI tient à remercier les autorités pour leur cordiale hospitalité et les échanges constructifs. »

La mission a été reçue en audience par Son Excellence M. Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire; M. Daniel Kablan Duncan, Premier Ministre et Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget; Mme Nialé Kaba, Ministre auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances ; M. Abdourahmane Cissé, Ministre auprès du Premier Ministre chargé du Budget ; M. Adama Toungara, Ministre du Pétrole et de l’Energie ; M. Chalouho Coulibaly, Directeur national de la Banque des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). La mission a aussi rencontré d’autres hauts fonctionnaires, des représentants du secteur privé ainsi que la communauté des partenaires au développement.

[1] L’accord a été approuvé par le Conseil d’administration du FMI le 4 Novembre 2011 (voir Communiqué de presse no 11/399) pour un montant de 390,24 millions de DTS (environ 616 millions de dollars ou 308 milliards de francs CFA).

Source: International Monetary Fund (IMF).


This entry was posted in Republic of Côte d'Ivoire (Ivory Coast). Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *