Le Bénin et le FIDA travaillent ensemble pour renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle tout en créant des emplois pour les jeunes


La République du Bénin et le Fonds international de développement agricole des Nations Unies (FIDA) ont signé ce jour un accord pour financer le Projet d’appui au développement du maraîchage (PADMAR), une initiative qui permettra de créer environ 3 000 nouveaux emplois, en particulier pour les jeunes femmes et les hommes, et d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans 27 communes de sept départements dans le sud du Bénin (Atlantique, Couffo, Littoral, Mono, Ouémé, du Plateau et du Zou).

Le coût total du projet est de 49,2 millions d’USD. Le financement comprend un prêt de 23,5 millions d’USD, un don d’un montant de 0,5 million d’USD et un autre don de 4,5 millions d’USD du Programme d’adaptation de l’agriculture paysanne du FIDA (ASAP).  La contribution du Gouvernement béninois est de 4,8 millions d’USD, à laquelle s’ajoute la contribution des bénéficiaires à hauteur de 3,9 million d’USD. Le Gouvernement du Bénin est à la recherche de cofinancement complémentaire d’un montant de 12 millions d’USD auprès d’autres bailleurs de fonds.

L’accord de financement a été signé au siège du FIDA à Rome par Marie Rosemonde Deffon Yakoubou, Ambassadeur et Représentant permanent du Bénin auprès du FIDA, et Kanayo F. Nwanze, Président du FIDA.

Les activités du nouveau projet vont aider à booster les revenus des producteurs maraîchers tout en renforçant leur résilience face aux effets du changement climatique. Le projet renforcera la capacité de tous les acteurs impliqués dans la production, la transformation et la commercialisation des produits maraîchers. Il élaborera également des outils pour aider les producteurs à obtenir des informations sur les marchés maraîchers; de fournir des services de vulgarisation aux exploitants et de créer des emplois pour les jeunes.

En outre, le projet appuiera la restauration et / ou la construction des infrastructures pour le regroupement, le conditionnement et le stockage temporaire des produits maraîchers et des intrants. Plus de 120 km de pistes rurales seront réparées pour faciliter l’accès aux zones de production maraîchère.

“À cause du chômage et du manque d’emplois rémunérateurs dans les zones rurales, chaque année un nombre croissant de jeunes quittent les zones rurales pour les zones urbaines. Le maraîchage peut être une très bonne opportunité pour créer de nouveaux emplois,” a déclaré Luyaku Nsimpasi, Chargé de programme de pays pour le Bénin. ” Le marché des produits maraîchers existe au Bénin et ailleurs dans la sous-région, en particulier au Nigéria.”

Plus spécifiquement, le projet permettra de promouvoir l’adoption de technologies et de techniques modernes pour améliorer la productivité des produits maraîchers.

Le PADMAR sera exécuté sous la tutelle du Ministère chargé de l’agriculture du Bénin. On estime que 17 000 ménages maraîchers exploitants de petites superficies d’un huitième d’hectare.

Depuis 1978, le FIDA a financé 13 projets et programmes au Bénin d’un montant total de 362,7 millions d’USD, dont 198,1 millions d’USD proviennent de ses propres ressources, ayant bénéficié directement à 418 579 400 familles rurales béninoise.

Source: International Fund for Agricultural Development (IFAD)


This entry was posted in Benin News, French. Bookmark the permalink.

Leave a Reply